ContentPage
X
Zamro en ERIKS slaan de handen in een!

zamro.popup.line1

zamro.popup.line2

zamro.popup.link


Hand and arm safety in the workplace

Protection des mains et
des bras au travail



Bien que des dangers puissent survenir dans n'importe quel environnement de travail et qu'il soit impossible pour un employeur de les éviter complètement, une entreprise peut prendre des mesures préventives pour réduire les risques de blessures et pour assurer la protection des employés de la meilleure manière possible. Cela inclut la création d'une barrière entre l'employé et l'environnement de travail via un équipement de protection individuelle (EPI).


Les bras et les mains sont les parties du corps les plus touchées par les accidents du travail; ils représentent 41 % des accidents non mortels. Les secteurs les plus touchés par les blessures des mains et des bras sont la production, le commerce de gros et de détail, la construction, la santé et les activités sociales, les activités administratives et d'assistance, les activités d'hébergement et de restauration, le transport et l'entreposage, l'agriculture, la foresterie et la pêche.

Industries with most hand injuries

Ce guide vise à sensibiliser les entreprises aux blessures des mains et des bras les plus courantes sur le lieu de travail et à les aider à créer un environnement de travail plus sûr pour les employés, en les informant sur les accidents du travail et en leur fournissant le meilleur équipement de protection des mains et des bras. Simultanément, ce guide vise à aider les entreprises à choisir les équipements de protection individuelle les plus adaptés à leurs activités.



Types de blessures des mains et des bras


Sur le lieu de travail, les mains des employés peuvent être exposées à des produits chimiques, des produits irritants, de l'électricité, ou encore à des pièces mobiles appartenant à de grosses machines susceptibles de les blesser. Bien qu'être prudent et porter un équipement de protection approprié lors de la manipulation de substances ou de machines susceptibles de provoquer des blessures relève de la responsabilité des employés, l'employeur est responsable de fournir aux employés le bon équipement de protection individuelle et de créer un environnement de travail sûr.

Cela signifie que les employeurs doivent connaître les différents types de blessures des mains et des bras qui pourraient toucher leurs employés, ainsi que les types d'équipements les plus adaptés pour les protéger contre ces blessures. Examinons donc les différents types de blessures qui peuvent affecter les bras et les mains des employés.

Selon les statistiques de la Commission européenne, les blessures des membres supérieurs les plus courantes au sein de l'Union européenne sont les suivantes :


Type de blessure Épaule et articulation
de l'épaule
Bras, y compris
le coude
Main Doigts Poignet
Tous les types de blessures 146.312 160.538 306.709 688.186 148.644
Plaies et blessures superficielles 32.648 68.199 190.699 436.397 355.544
Fractures osseuses 8.904 26.749 31.436 94.711 36.028
Luxations, entorses et foulures 70.589 34.969 26.635 53.393 60.552
Amputations traumatiques 54 88 689 12.370 26
Commotions et lésions internes 27.011 13.417 27.329 67.078 10.422
Brûlures, brûlures par exposition à un liquide bouillant et gelures 960 8.536 16.944 6.425 1.710
Empoisonnements et infections 152 2.688 3.633 2.091 445
Effets du bruit, des vibrations et de la pression 16 51 35 40 15
Effets des extrêmes de température, de la lumière et des radiations 4 36 54 27 0
Choc 88 123 137 153 42

Ce rapport montre que les types de blessures affectant les membres supérieurs les plus courants sont les plaies et blessures superficielles des doigts, des poignets et des mains, les fractures des doigts et des poignets, les luxations, entorses et foulures des épaules ou des poignets, les amputations traumatiques des doigts, les commotions des doigts, les brûlures et brûlures par exposition à un liquide bouillant des mains et les infections des mains.

All types of hand and arm injuries

Les blessures des mains et des bras affectent non seulement les employés mais également les employeurs, les conséquences économiques des accidents des membres supérieurs sur le lieu de travail n'étant pas négligeables. Dans l'ensemble, les accidents et blessures liés au travail coûtent à l'UE 476 milliards d'euros par an.

Selon un livre blanc publié en 2014 par DSM Dyneema, dans le secteur de l'ingénierie, près de 70 % des blessures des mains découlent du fait que les employés ne portent pas les bons gants de sécurité, et les blessures des mains entraînent en moyenne 6 jours d'arrêt maladie. Cette vaste étude a montré qu'un tiers des entreprises signalent plus de 10 accidents du travail par an, et la main est la partie du corps la plus souvent blessée. 40 % des blessures aux mains signalées sont des coupures ou des perforations.

Les données statistiques de la Commission européenne montrent que les causes les plus fréquentes d'accidents du travail non mortels sont la perte de contrôle d'une machine, les moyens de transport, la manipulation d'un équipement, d'un outil ou d'un objet (26,2 %), les chutes (22,5 %) et le mouvement du corps sous ou avec contrainte physique (20 %). 37,8 % des accidents du travail non mortels dus à une perte de contrôle ont lieu dans l'industrie manufacturière, qui est également l'industrie présentant le pourcentage le plus élevé de blessures des mains et des bras.

Les coupures et les perforations, les entorses, les foulures, les fractures et les brûlures thermiques et chimiques sont les types de blessures des mains les plus courants sur le lieu de travail. La cause principale de ces accidents est l'absence d'équipement de protection individuelle, suivie par le manque de formation.

Tous ces chiffres et ces statistiques montrent à quel point les employés sont exposés aux accidents et aux blessures, et combien il est important pour les employeurs de fournir à leurs employés le bon équipement de protection individuelle afin de prévenir ou de réduire le taux et les conséquences des accidents du travail.

Pour les mains et les bras, l'EPI le plus efficace est le gant de sécurité, qui protège non seulement la peau contre la saleté et la contamination, mais qui fournit également une protection contre les brûlures chimiques, les coupures et lacérations, les perforations, la chaleur et le froid.

Dans les chapitres suivants, nous examinerons les règles de base que les employés doivent suivre pour réduire les risques de blessures des mains et des bras au travail, puis nous analyserons les caractéristiques et les particularités de conception des différents EPI disponibles pour les bras et les mains.


Règles de sécurité de base pour la protection des mains


Comme nous l'avons mentionné précédemment, les employeurs et les employés sont tous deux responsables de la prévention des accidents du travail. En tant qu'employeur, vous devez suivre les règles suivantes afin de créer un environnement sûr pour vos employés :

Tout d'abord, répertoriez tous les accidents du travail survenus au sein de votre entreprise et essayez d'établir des tendances et des schémas. En détectant de tels schémas, vous pouvez identifier les domaines sur lesquels vous devez concentrer votre attention, de sorte à éliminer les causes les plus fréquentes de blessures des mains et des bras. Examinez les types d'accidents qui surviennent le plus souvent, les endroits dans lesquels ils se produisent et les machines ou outils impliqués, le poste des employés concernés et l'équipement de protection individuelle qu'ils utilisent ou n'utilisent pas lorsqu'ils effectuent leurs tâches quotidiennes.

Vérifiez que vos employés ont reçu un EPI et une formation appropriés pour utiliser les outils avec lesquels ils travaillent au quotidien et pour éviter les accidents du travail. Procédez à une évaluation des risques au sein de votre établissement et identifiez les sources potentielles de blessures des mains et des bras. Si vos employés travaillent avec des substances chimiques, avec des outils froids ou chauds ou avec des matériaux aux bords coupants, cela pourrait entraîner des accidents. Vous devez donc connaître les risques auxquels vos employés sont exposés au quotidien.

Une fois que vous comprenez mieux ce qu'il se passe dans votre entreprise, les causes les plus fréquentes de blessures ainsi que les risques existants, il est temps d'identifier l'équipement de protection approprié pour vos employés et d'élaborer un programme de formation exposant les meilleures pratiques de sécurité au travail. Pour les mains et les bras, le meilleur EPI est celui qui correspond aux risques existants ou potentiels.

Par exemple, si vous remarquez que le taux de coupures à la main est très élevé pour un poste particulier, vous devez fournir à vos employés des gants de protection anti-coupures. Si le taux de brûlures chimiques est très élevé, vous avez besoin de gants capables de protéger vos employés contre ce type de risque, etc.

En plus d'investir dans des équipements de protection, vous devez également procéder à des inspections régulières des outils et machines avec lesquels vos employés travaillent et vous assurer de remplacer ou de réparer toutes les pièces endommagées. Examinez comment les produits chimiques sont manipulés, leur niveau de dangerosité ainsi que les alternatives potentielles. Si l'équipement utilisé au sein de votre entreprise n'est pas ergonomique, recherchez de meilleures options afin de créer un environnement plus sûr et plus sain pour vos employés.

Assurez-vous que les machines sont équipées de dispositifs de protection et qu'il n'y a pas de pièces mobiles ou rotatives dans lesquelles les mains de vos employés pourraient se coincer. Formez vos employés pour qu'ils n'interfèrent pas avec les machines en cours d'utilisation ou de déplacement, surtout s'ils manipulent de la machinerie et des outils lourds. Ne leur fournissez pas de vêtements amples s'ils travaillent à proximité des machines.

Formez vos employés sur les types de blessures des mains les plus courants dans votre entreprise, leurs causes et les mesures de sécurité qui seront prises pour prévenir ou réduire ces accidents. Enseignez-leur également les pratiques de sécurité au travail permettant de réduire l'exposition à ces risques, et instaurez une session de formation complète pour les différents types de gants adaptés à chaque poste ou à chaque application.

Enfin, assurez-vous que tous les membres de votre entreprise gardent leur espace de travail propre et exempt de tout danger, et qu'ils ne portent pas de bijoux qui pourraient se coincer dans les machines. Si vos employés travaillent avec des substances chimiques, assurez-vous de leur fournir des produits d'hygiène et de nettoyage pour les mains appropriés.


Deb Stoko skin hygiene products Protéger correctement ses mains et ses bras ne signifie pas seulement porter le bon équipement de sécurité, mais également prendre soin de sa peau en la préparant, en la nettoyant, en la désinfectant et en l'hydratant. Notre assortiment d'hygiène personnelle propose une gamme complète de produits répondant à tous les besoins en matière de soins de la peau.


Voir la gamme

Les règles de sécurité que doivent suivre les employés sont les suivantes :

Éviter les points de pincement, les bords tranchants et les éléments potentiellement dangereux tels que les vieilles machines, les machines endommagées et les machines comportant des pièces mobiles.
Inspecter les outils et les machines avant de les utiliser afin de s'assurer qu'ils sont en bon état, pour une utilisation en toute sécurité.
Ne pas utiliser de machines avec lesquelles ils ne sont pas familiarisés ou auxquelles ils n'ont pas été formés.
Être très attentif aux abords des équipements qui pourraient démarrer automatiquement et éviter les machines en cours d'utilisation ou de déplacement.
Éviter les machines et ensembles d'équipements chauds ou contaminés par des substances chimiques.
Porter un EPI adapté à leur poste et à leurs tâches.


Équipement de protection des bras et des mains

Bien que les gants représentent l'équipement de protection individuelle le plus courant, ils ne sont pas les seuls éléments que les employés peuvent utiliser pour protéger leurs bras et leurs mains des dangers de leur lieu de travail. Les gantelets, les mitaines, les brassards, les manchettes, les coudières ainsi que les vêtements de protection visent tous à réduire les risques de blessures des mains et des bras.

Comme nous l'avons mentionné précédemment, les types de danger les plus fréquents pouvant affecter les membres supérieurs comprennent les coupures et les perforations, l'abrasion, les températures extrêmes, les substances chimiques toxiques et agressives, les agents infectieux, la contamination par divers composants, les chocs électriques et les vibrations. Quels EPI énumérés ci-dessus peuvent vous protéger contre chacun de ces dangers ?

Gantelets

Le gantelets sont des gants de protection utilisés dans certaines industries comme le bâtiment, la plomberie, la découpe, le travail des métaux, la réparation automobile et d'équipements, ou l'estampage. Ils sont généralement faits de métal, de caoutchouc, de cuir ou d'une combinaison de ces matériaux, et protègent contre les coupures, les chocs, les coups, les éraflures et les températures extrêmes.

Tout au long de l'histoire, les gantelets ont été utilisés par les soldats pour protéger leurs mains et leurs poignets pendant les combats. Les gantelets médiévaux étaient en mailles d'acier, tandis que les gantelets utilisés aujourd'hui par les électriciens sont en caoutchouc ou en PVC. Ceux qui sont utilisés pour le maniement des métaux ou le soudage sont en cuir, alors que ceux utilisés par l'armée sont en cuir blanc et se portent uniquement lors des défilés.

Quelle différence y a-t-il entre des gantelets et des gants ? Le terme "gantelet" peut faire référence à différents types de gants, mais il est généralement utilisé pour décrire des gants ayant une manchette qui se prolonge sur une partie de l'avant-bras. Les gantelets sont donc plus longs que des gants, et de nos jours, on les utilise principalement dans l'industrie, pour protéger les ouvriers contre les étincelles produites pendant des opérations de soudage ou de meulage.

Moufles

Les moufles sont des gants sans ouvertures individuelles pour les doigts, qui ont une grande résistance thermique. Elles sont souvent utilisées pour protéger la peau pendant les sports d'hiver ou pour manier des plats chauds lorsque vous cuisinez. Dans les hôpitaux, des moufles qui ressemblent à des gants de boxe sont utilisées pour couvrir les mains des patients afin de les empêcher de retirer leurs perfusions lors d'un traitement médical.

En fonction de leur application, les moufles peuvent ou non être dotées d'un pouce, mais généralement, elles couvrent la main entière et parfois aussi le poignet. Certaines moufles disposent d'un rabat qui permet de découvrir les doigts pour effectuer des tâches qui exigent une meilleure prise en main ou plus de précision. Les moufles peuvent s'utiliser comme EPI pour travailler dans des environnements aux températures extrêmes, ou pour manipuler des outils froids ou chauds.

Manchettes de sécurité

Les manchettes de sécurité sont un équipement de protection individuelle et peuvent se fixer au niveau du poignet pour prolonger la protection des mains et des bras. Elles sont généralement faites de matériaux plus rigides qui restent rigides même en cas d'exposition à la transpiration, et s'enfilent et se retirent facilement. Les manchettes de sécurité peuvent être directement intégrées aux gants de protection.

Manchons de sécurité

Très semblables aux manchettes, les manchons de sécurité, peuvent être utilisés pour se protéger contre les coupures ou les températures extrêmes. Comme leur nom l'indique, les manchons de sécurité sont plus longs que les manchettes et peuvent être intégrés à la conception des gants, ou être utilisés comme éléments indépendants qui se portent par-dessus les vêtements et les gants de protection.

En revanche, les coudières sont utilisées pour se protéger des éraflures et des contusions en cas de choc, et sont généralement fabriquées à l'aide de matériaux rigides. Elles peuvent ne couvrir que le coude ou le coude et une partie du bras.

Gants de protection

Les gants de protection sont des vêtements utilisés pour protéger les mains et les poignets contre les dangers au travail. Ils sont adaptés à pratiquement toutes les industries et applications, mais leur fonctionnalité est influencée par leur conception, leur fabrication et les matériaux dont ils sont faits. Les gants protègent contre les perforations, les coupures, les produits chimiques, la chaleur et le froid, l'électricité et les produits toxiques.

L'utilisation de ces équipements de protection n'élimine pas complètement les dangers ou les accidents, mais contribue de façon indéniable à la mise en place d'un environnement de travail plus sûr pour les employés. Les statistiques prouvent que le fait de ne pas porter de gants de sécurité est la principale cause de blessures aux mains dans le milieu professionnel. Par conséquent, l'utilisation de gants de protection doit être envisagée avec le plus grand sérieux et des gants devraient être fournis par tous les employeurs à leurs ouvriers.

Veuillez noter qu'il est important que les employés suivent constamment les instructions du fabricant lorsqu'ils portent un EPI. Il convient également de suivre les recommandations du fabricant pour nettoyer, décontaminer et entretenir les équipements de protection. Avant de porter un équipement, les employés doivent vérifier les matériaux que contient celui-ci, car certains matériaux tels que le latex peuvent provoquer des réactions allergiques.

En outre, les employés ne doivent porter que des EPI adaptés à leur morphologie ; les vêtements trop lâches pourraient se coincer dans les machines, provoquant ainsi un accident du travail. Les employés ne doivent pas porter d'équipements de protection individuelle paraissant endommagés, usés ou déchirés. Ils doivent inspecter leur EPI avant la première utilisation, même s'il est entièrement neuf. Des problèmes de fabrication peuvent toujours survenir ; ainsi, il est préférable de prendre toutes les mesures de prévention possibles pour éviter les accidents du travail.

En outre, les employés doivent s'assurer de protéger chaque zone de peau exposée lorsqu'ils utilisent des produits chimiques, des outils et des machines. Cela signifie que les gants doivent être assez longs pour couvrir toute la peau et qu'il ne doit pas y avoir d'écart entre l'EPI et les autres vêtements. Si les gants sont trop courts, des équipements de protection supplémentaires sont disponibles.


Thormas industrial gloves Notre série de gants de protection Thormas Diamond Cut dotés de la technologie brevetée Dyneema® Diamond repousse les limites des technologies actuelles de protection contre les coupures que sont les fibres de verre et d'acier. Leur conception plus confortable et plus sûre permet de réaliser des économies sur le long terme.


Voir la gamme

Législation et réglementations relatives aux gants de sécurité


Les normes régissant l'industrie des gants de sécurité sont expliquées ci-dessous.


NORME EN 420 : GANTS DE PROTECTION - EXIGENCES GÉNÉRALES ET MÉTHODES D'ESSAI

Cette norme définit les exigences générales de conception et de structure, d'innocuité, de confort et d'efficacité, de marquage et d'information qui s'appliquent à tous les gants de protection. Cette norme concerne également les manchettes de protection.


Définition :
Un gant est un article d'équipement de protection individuelle qui protège la main ou une partie de la main contre les dangers. Il peut également couvrir une partie de l'avant-bras et du bras.


Conformément à la directive européenne 89/686/CEE, les gants sont classés en 3 catégories :

Catégorie 1 : Gants de conception courante
Ces gants sont adaptés aux applications à risque minimal uniquement, car ils fournissent une protection contre les risques limités. Par exemple, les gants à usage domestique, les gants de jardinage et de nettoyage, les gants en coton et en cuir et les gants utilisés pour se protéger contre la chaleur et les températures n'excédant pas 50 ⁰C. Ces produits peuvent être testés et certifiés par les fabricants eux-mêmes.

Catégorie 2 : Gants de conception intermédiaire
Ces gants sont adaptés aux applications à risque intermédiaire. Ils doivent être testés et certifiés par un organisme agréé qui leur délivre un marquage CE reflétant leur capacité de protection. Les produits de cette catégorie ne peuvent pas être vendus s'ils ne comportent pas de marquage CE. Ces gants, qui présentent une bonne résistance aux coupures, aux perforations et à l'abrasion, sont utilisés pour les techniques de manutention générales.

Catégorie 3 : Gants de conception complexe
Les gants de cette catégorie doivent protéger contre les risques mortels ou irréversibles. Ils doivent être testés et certifiés par un organisme agréé. En outre, le système d'assurance qualité utilisé par le fabricant pour garantir l'homogénéité de la production doit également faire l'objet d'un contrôle indépendant. Le numéro d'identification de cet organisme doit figurer sur le gant, à côté du marquage CE.


Remarque : La directive 89/686/CEE relative aux EPI sera remplacée le 21 avril par le nouveau règlement européen 2016/425 sur les EPI.

Le regroupement des catégories d'EPI reste le même que dans la directive actuelle. Cependant, certains produits passent de la Catégorie 2 à la Catégorie 3. Les produits qui passent dans la Catégorie 3 incluent ceux qui protègent contre les risques biologiques, les blessures par balle et les coups de couteau, les coupures occasionnées par les tronçonneuses manuelles, les coupures aux jets haute pression, les risques de noyade et les bruits nocifs.


NIVEAU DE PERFORMANCE DES GANTS

La capacité de protection d'un gant est indiquée par son niveau de performance ; il s'agit d'un chiffre compris entre 0 et 5 qui révèle la manière dont un gant s'est comporté lors d'un test spécifique. Les niveaux de performance ont les significations suivantes :

Niveau 0 1 2 3 4 X
Signification Le gant n'a pas été testé ou n'a pas atteint le niveau minimal de performance Protection minimale Bonne protection Très bonne protection Excellente protection La méthode de test n'est pas adaptée à l'échantillon de gant


EXIGENCES

Conception et structure des gants
Les gants doivent offrir le plus haut degré de protection possible dans les conditions d'utilisation finale prévisibles. Si les gants comportent des coutures, leur solidité ne doit pas réduire la performance globale des gants.

Innocuité
Les gants eux-mêmes ne doivent pas être nocifs pour l'utilisateur. Leur pH doit être compris entre 3,5 et 9,5 et la teneur en chrome ne doit pas être détectable (< 3 ppm). La teneur en protéines extractibles des gants en caoutchouc naturel doit être testée conformément à la norme EN 455-3.

Instructions de nettoyage
Si des conseils d'entretien sont donnés, les niveaux de performance ne doivent pas avoir diminué après le nombre maximal conseillé de cycles de nettoyage.

Propriétés électrostatiques
Les gants antistatiques, conçus pour réduire le risque de décharges électrostatiques, doivent être testés conformément à la norme EN 1149. Les résultats des tests doivent être reportés sur les instructions d'utilisation. Aucun pictogramme électrostatique ne doit être utilisé.

Tailles
Les gants plus courts que la longueur minimale doivent porter la mention "Adapté à une application spécifique".

Taille du gant S'adapte à la taille de la main Circonférence/longueur de la main (mm) Longueur minimale du gant (mm)
6 6 152/160 220
7 7 178/171 230
8 8 203/192 240
9 9 229/192 250
10 10 254/204 260
11 11 279/215 270

Dextérité
Si nécessaire, la performance doit être notée sur la base du tableau ci-dessous.

Niveau de performance 1 2 3 4 5
Plus petit diamètre* 11.0 9.5 8.0 6.5 5.0
*Épingle pouvant être saisie avec la main gantée 3 fois en 30 secondes (mm).

Transmission et absorption de la vapeur d'eau
Si nécessaire, les gants doivent permettre la transmission de la vapeur d'eau (5 mg/cm2). Dans le cas contraire, la valeur doit être au moins de 8 mg/cm2 pour 8 heures.


MARQUAGE ET INFORMATIONS

Marquage du gant
Chaque gant doit comporter le nom du fabricant, la désignation du gant et sa taille, le marquage CE, les pictogrammes appropriés accompagnés des niveaux de performance pertinents et la référence à la norme EN. Le marquage doit rester lisible pendant toute la durée de vie du gant. Si le marquage du gant n'est pas visible au vu de ses caractéristiques, il doit figurer sur le conditionnement immédiatement en contact avec le gant.

Marquage du conditionnement
Le conditionnement contenant le gant doit comporter les indications suivantes : le nom et l'adresse du fabricant ou du représentant, la désignation du gant et sa taille, le marquage CE, les informations relatives à l'utilisation et les pictogrammes pertinents par rapport à la conception simple, intermédiaire ou complexe. Si la protection est limitée à une partie de la main, cette information doit être mentionnée. En outre, le conditionnement doit indiquer comment il est possible d'obtenir de plus amples informations.


NORME EN 374 : GANTS DE PROTECTION CONTRE LES SUBSTANCES CHIMIQUES ET LES MICRO-ORGANISMES

Cette norme concerne les gants portés par les opérateurs ayant besoin d'une protection contre les produits chimiques et/ou les micro-organismes pouvant irriter la peau. La norme précise la capacité du gant à protéger l'utilisateur contre ces produits irritants.


Définitions :

Pénétration : le mouvement d'un produit chimique et/ou d'un autre micro-organisme à travers des matériaux poreux, des coutures, des micro-perforations ou d'autres imperfections dans le matériau d'un gant de protection à un niveau non moléculaire.

Dégradation : parfois, les gants de protection contre les agents chimiques peuvent se comporter comme des éponges et absorber les liquides en les maintenant contre la peau. Cela dégrade le gant. La dégradation est la transformation délétère d'une ou de plusieurs propriétés du matériau d'un gant de protection consécutive au contact avec un produit chimique. L'écaillage, le gonflement, la décomposition, la fragilisation, la décoloration, le changement dimensionnel, le changement d'apparence, le durcissement, le ramollissement, etc. sont autant d'indications de la dégradation du produit.

Perméabilité : les films plastique et caoutchouc des gants ne sont pas toujours étanches aux produits chimiques. Il est donc nécessaire de mesurer le temps de passage, autrement dit le temps nécessaire à un liquide dangereux pour entrer en contact avec la peau. Chacun des produits chimiques testés est classé par niveau de performance de 0 à 6, en fonction du temps de passage observé.

Temps de passage mesuré >10 minutes >30 minutes >60 minutes >120 minutes >240 minutes >360 minutes
Indice de protection Classe 1 Classe 2 Classe 3 Classe 4 Classe 5 Classe 6


EXIGENCES

Gants de protection contre les agents chimiques : :

Pénétration : un gant ne doit pas fuir lorsqu'il est soumis à un test de perméabilité à l'air et à l'eau. Il doit être testé et contrôlé conformément aux niveaux de qualité acceptables.

Perméabilité : un gant doit passer les exigences minimales de type C, au moins le niveau 1 (plus de 10 minutes), contre un produit chimique appartenant à la liste des produits chimiques définis à la section 1.

Dégradation : le changement de résistance à la perforation après l'exposition à un produit chimique doit être testé pour tous les produits chimiques indiqués sur le gant et le résultat doit figurer dans les instructions d'utilisation.

Gants longs : si la longueur du gant de protection contre les produits chimiques est supérieure ou égale à 40 cm, la perméabilité de la zone du poignet doit être également testée.

Gants de protection contre les micro-organismes :

Pénétration : ces gants ont les mêmes exigences que les gants résistant aux substances chimiques, outre la protection contre les bactéries et les champignons réclamée.

Protection contre les virus : pour protéger contre les virus, ces gants doivent passer un essai supplémentaire, conformément à la norme ISO 16604.

Gants longs : si la longueur du gant de protection contre les produits chimiques est supérieure ou égale à 40 cm, la perméabilité aux virus de la zone du poignet doit être également testée.

ATTENTION : Les données chimiques ne reflètent pas nécessairement la durée réelle sur le lieu de travail.


MARQUAGE ET INFORMATIONS

Gants de protection contre les agents chimiques

Le pictogramme "résistant aux produits chimiques" doit être accompagné d'un code alphabétique pour les gants de types A et B. Les gants de type C ne comportent aucun code alphabétique. Les lettres de ce code font référence à une liste de produits chimiques définis par la norme.

Le temps de passage minimal pour un gant de type C est de 10 minutes pour un seul produit chimique ; pour un gant de type B, il est de 30 minutes pour au moins 3 produits chimiques ; et enfin, pour un gant de type A, il est de 30 minutes pour au moins 6 produits chimiques de la liste.

Le marquage doit comporter la marque CE et l'identification de l'organisme agréé, les instructions de stockage et d'entretien, les instructions et restrictions d'utilisation, les résultats des tests de dégradation sur les produits chimiques revendiqués, une liste de substances allergènes connues utilisées dans la fabrication du gant, le nom et l'adresse de l'organisme agréé ayant certifié le produit. Liste de toutes les substances utilisées dans la fabrication du gant disponible sur demande.

Code alphabétique Agent chimique défini Numéro CAS Classification
A Méthanol 67-56-1 Alcool primaire
B Acétone 67-64-1 Cétone
C Acétonitrile 75-05-8 Composé nitrile
D Dichlorométhane 75-09-2 Paraffine chlorée
E Sulfure de carbone 75-15-0 Sulfure contenant un composé organique
F Toluène 108-88-3 Hydrocarbure aromatique
G Diéthylamine 109-89-7 Amine
H Tétrahydrofurane 109-99-9 Composé éthérique hétérocyclique
I Acétate d'éthyle 141-78-6 Ester
J n-Heptane 142-82-5 Hydrocarbure saturé
K Soude caustique 40 % 1310-73-2 Base inorganique
L Acide sulfurique 96 % 7664-93-9 Acide minéral inorganique, oxydant
M Acide nitrique 65 % 7697-37-2 Acide minéral inorganique, oxydant
N Acide acétique 99 % 64-19-7 Acide organique
O Ammoniaque 25 % 1336-21-6 Base organique
P Peroxyde d'hydrogène 30 % 7722-84-1 Peroxyde
S Acide fluorhydrique 40 % 7664-39-3 Acide minéral inorganique
T Formaldéhyde 37 % 50-00-0 Aldéhyde

Gants de protection contre les micro-organismes

Marquage conforme à la norme EN ISO 374-5 : les gants de protection contre les bactéries et les champignons doivent porter le pictogramme de "risque biologique". Pour cela, le gant de protection doit être testé conformément à la norme EN 374-2:2013 régissant l'imperméabilité.

Pour la protection contre les bactéries, les champignons et virus, le terme "VIRUS" doit figurer en dessous du pictogramme de "risque biologique". Pour cette norme de protection, le gant doit satisfaire le test d'étanchéité conforme aux normes EN 374-2:2013 pour les bactéries et les champignons et ISO 16604 :2014 (méthode B) à l'aide de l'essai de pénétration aux bactériophages.

REMARQUE: Conformément à cette norme, la protection contre les micro-organismes des gants peut être revendiquée avec ou sans protection chimique et vice versa.


NORME EN 388 : GANTS DE PROTECTION CONTRE LES RISQUES MÉCANIQUES

Une nouvelle version de cette norme a été publiée en 2016 et a remplacé la norme de 2003. La nouvelle norme n'est pas rétroactive et les gants peuvent être commercialisés sous les deux versions de la norme jusqu'en 2023. Après cette date, en vertu du nouveau règlement, les certifications devront avoir été renouvelées et les gants devront être conformes à la nouvelle version de la norme.

Les principaux changements sont :
Résistance à l'abrasion : un nouveau papier abrasif est utilisé pendant l'essai pour améliorer la cohérence des résultats de test. Certains résultats de test d'abrasion peuvent changer lors de la recertification.
Résistance à la coupure : la méthode actuelle coupe-test est complétée par la nouvelle méthode d'essai ISO 13997 si un produit atteint 60 cycles ou si l'usure de la lame se produit avant 60 cycles. L'essai ISO est mesuré en Newtons et se traduit par une lettre ajoutée à la fin du code. Un marquage supplémentaire est requis pour les éléments testés selon la méthode d'essai ISO.
Par exemple, un gant testé à l'aide de la méthode coupe-test avec un score de 4.4.3.2 sera également vérifié à l'aide de la méthode d'essai ISO et son score sera ajouté : par exemple 4.4.3.2.B. Certains fabricants peuvent choisir d'utiliser uniquement l'essai ISO. Dans ce cas, le résultat doit être indiqué comme 4.X.3.2.B.
Protection contre les chocs (le cas échéant) : l'introduction de la norme EN 13549 permet de revendiquer une protection contre les chocs. Les gants qui réussissent cet essai reçoivent la lettre "P". Par exemple : 4.X.3.2.B.P.


EN 388: 2003


Cette norme s'applique à tous les types de gants de protection en rapport avec des agressions physiques et mécaniques causées par l'abrasion, la coupure par lame, la perforation et la déchirure.


Définition :
La protection contre les risques mécaniques est exprimée par un pictogramme suivi de quatre chiffres (correspondant aux niveaux de performance), chacun représentant un résultat de test contre un risque spécifique.

Le pictogramme "risques mécaniques" est accompagné d'un code à 4 chiffres :
A : Résistance à l'abrasion : elle est déterminée par le nombre de cycles d'abrasion nécessaires pour user l'échantillon du gant.
B : Résistance à la coupure par lame : elle est déterminée par le nombre de cycles nécessaires pour couper l'échantillon à vitesse constante. Le coupe-test est la méthode d'essais de résistance à la coupure actuellement utilisée.
C : Résistance à la déchirure : elle tient compte de la force nécessaire pour déchirer l'échantillon.
D : Résistance à la perforation : elle tient compte de la force nécessaire pour percer l'échantillon avec un poinçon standard. Dans tous les cas, [0] indique le niveau de performance le plus faible, à savoir :

Test Niveau de performance
0 1 2 3 4 5
A. Résistance à l'abrasion (cycles) <100 100 500 2000 8000
B. Résistance à la coupure par lame (facteur) <1.2 1.2 2.5 5.0 10.0 20.0
C. Résistance à la déchirure (Newton) <10 10 25 50 75
D. Résistance à la perforation (Newton) <20 20 60 100 150

Ces niveaux de performance doivent figurer en évidence à côté du pictogramme, sur les gants et sur le conditionnement qui se trouve en contact immédiat avec les gants.

EN 388: 2016

Résistance à la coupure : elle a été révisée avec une limitation maximale des cycles à 60, que la lame coupe ou non le matériau testé. En vertu du nouveau règlement, les gants qui atteignent le niveau 4 ou 5 du coupe-test doivent être soumis au nouvel essai ISO 13997 qui mesure la résistance à la coupure en Newtons.

Test Niveau A Niveau B Niveau C Niveau D Niveau E Niveau F
Norme EN ISO 13997 relative à la résistance à la coupure (N) 2 5 10 15 22 30

Protection contre les chocs : la norme EN 388:2003 ne comporte aucun essai de résistance aux chocs. La révision de 2016 contient un test supplémentaire en cas de revendication particulière de résistance aux chocs. Les essais sont effectués conformément à la norme EN 13594:2015. Pour tester le gant, la zone de protection est fixée sur une enclume en forme de dôme et est percutée par une énergie d'impact de 5 J. Lorsque les exigences de l'essai sont remplies, le code de marquage "P" est indiqué après toutes les autres caractéristiques de protection sur le gant.

Current EN388 standard


NORME EN 511 : GANTS DE PROTECTION CONTRE LE FROID

Cette norme s'applique à tous les gants qui protègent les mains contre le froid de convection et le froid de contact jusqu'à -50 °C. Tous les gants doivent atteindre au minimum un niveau de performance 1 pour l'abrasion et la déchirure.


Définition :
La protection contre le froid est représentée par un pictogramme suivi d'une série de 3 niveaux de performance correspondant à des propriétés de protection spécifiques.

Le pictogramme "risque par le froid" est accompagné d'un nombre à 3 chiffres.
A- Résistance au froid de convection : niveau de performance de 0 à 4. Elle repose sur les propriétés d'isolation thermique du gant obtenues en mesurant le transfert du froid par convection.
B - Résistance au froid de contact : niveau de performance de 0 à 4. Elle repose sur la résistance thermique du matériau composant le gant lorsqu'il entre en contact avec un objet froid.
C - Pénétration de l'eau : niveau de performance 0 ou 1. 0 = pénétration d'eau, 1 = aucune pénétration d'eau.


NORME EN 407 : GANTS DE PROTECTION CONTRE LES RISQUES THERMIQUES

Cette norme précise la performance thermique des gants de protection contre la chaleur et/ou le feu. Tous les gants doivent atteindre au minimum un niveau de performance 1 pour l'abrasion et la déchirure.


Définition :
La nature et le degré de protection sont indiqués par un pictogramme suivi d'une série de six niveaux de performance relatifs à des propriétés de protection spécifiques.

Le pictogramme "chaleur et flamme" est accompagné d'un nombre à 6 chiffres :
A. Résistance à l'inflammabilité : niveau de performance de 0 à 4. Elle repose sur le temps pendant lequel le matériau continue à brûler et à se consumer après que la source d'ignition a été supprimée. Les coutures du gant ne doivent pas se défaire après s'être enflammées pendant 15 secondes.
B. Résistance thermique au contact : niveau de performance de 0 à 4. Elle repose sur la fourchette de température (de 100 à 500 °C) à laquelle l'utilisateur ne ressent aucune douleur pendant une période d'au moins 15 secondes. Si un niveau EN 3 ou supérieur est obtenu, le produit doit atteindre un niveau minimal EN 3 lors du test d'inflammabilité. Dans le cas contraire, le niveau maximal de résistance à la chaleur de contact figurant sur le gant doit être de 2.
C. Résistance à la chaleur de convection - niveau de performance de 0 à 4. Elle repose sur le temps pendant lequel le gant est en mesure de retarder le transfert de la chaleur d'une flamme. La mention du niveau de performance est uniquement obligatoire si un niveau 3 ou 4 a été obtenu lors du test d'inflammabilité.
D. Résistance à la chaleur rayonnante : niveau de performance de 0 à 4. Elle repose sur le temps pendant lequel le gant est en mesure de retarder le transfert de chaleur lors d'une exposition à une source de chaleur rayonnante. La mention du niveau de performance est uniquement obligatoire si un niveau 3 ou 4 a été obtenu lors du test d'inflammabilité.
E. Résistance à de petites projections de métal en fusion (niveau de performance de 0 à 4). Il s'agit du nombre de gouttes de métal en fusion nécessaires pour chauffer l'échantillon à un seuil donné. La mention du niveau de performance est uniquement obligatoire si un niveau 3 ou 4 a été obtenu lors du test d'inflammabilité.
F. Résistance à d'importantes quantités de métal en fusion (niveau de performance de 0 à 4). Il s'agit du poids du métal en fusion nécessaire pour provoquer le ramollissement ou la micro-perforation d'une peau artificielle placée directement derrière l'échantillon de gant. Le test échoue si les gouttelettes de métal restent collées sur le matériau du gant ou si l'échantillon prend feu.


NORME EN 421 : GANTS DE PROTECTION CONTRE LES RAYONNEMENTS IONISANTS ET LA CONTAMINATION RADIOACTIVE

Cette norme s'applique aux gants destinés à procurer une protection contre les rayonnements ionisants et la contamination radioactive.


Définition :
La nature de la protection est indiquée par un pictogramme correspondant aux propriétés spécifiques.

Pour offrir une protection contre la contamination radioactive, le gant doit être étanche et doit passer avec succès le test de pénétration défini par la norme EN 374. Pour offrir une protection contre les rayonnements ionisants, le gant doit contenir une certaine quantité de plomb ou de métal équivalent, dénommée équivalence plomb. Celle-ci doit être indiquée sur chaque gant.

Les matériaux exposés aux rayonnements ionisants sont susceptibles de se déformer de par leur comportement au vieillissement par l'ozone. Ce test est facultatif et sert à faciliter le choix des gants qui doivent résister aux rayonnements ionisants.


NORME EN 60903 : TRAVAUX SOUS TENSION - GANTS EN MATÉRIAU ISOLANT

Cette norme contient toutes les exigences d'une protection efficace contre les courants électriques et ne fait pas référence à d'autres normes concernant les gants, telles que les normes EN 388 ou EN 374.


Définition :
Des inspections régulières sont recommandées pour les gants fabriqués en matériau isolant. Les gants doivent être inspectés dès que l'inspection précédente a été réalisée il y a plus de 6 mois. Les gants doivent être emballés individuellement. L'emballage doit être assez fort pour protéger les gants contre les dommages et la lumière du soleil.

Classe 00 : tension d'utilisation max. 500 VCA.
Classe 0 : tension d'utilisation max. 1 000 VCA.
Classe 1 : tension d'utilisation max. 7 500 VCA.
Classe 2 : tension d'utilisation max. 17 000 VCA.
Classe 3 : tension d'utilisation max. 26 500 VCA.
Classe 4 : tension d'utilisation max. 36 000 VCA.


REVÊTEMENTS

Nitrile (NBR) Mousse de nitrile (mousse NBR) Polyuréthane (PU) Latex
Très bonne résistance à la perforation et longue durée Mêmes caractéristiques que le nitrile Très bonne résistance à l'abrasion Très bonne résistance à l'abrasion
Bonne résistance aux huiles, aux graisses et aux solvants Non résistant à l'huile
Bonne prise en main Meilleure prise en main en milieu humide que le nitrile Bonne prise en main à sec Résistant à l'eau
Moins souple Plus souple qu'un revêtement en nitrile normal Excellente flexibilité et souplesse Souple


NORME EN 12477 + A1:2005 - GANTS DE PROTECTION POUR SOUDEURS

Cette norme s'applique aux gants conçus pour les opérations de soudure. Elle définit les performances minimales requises et les méthodes d'essai appropriées pour les gants de protection utilisés pour la soudure et la découpe du métal ainsi que pour les techniques connexes.

Elle comprend les exigences des normes EN 420, EN 388 et EN 407 afin de garantir que les gants sont bien dimensionnés et confortables, de façon à ne pas faire mal à l'utilisateur. Les gants de soudure doivent protéger l'utilisateur contre les petites projections de métal fondu, les courtes expositions à la chaleur de convection, à la chaleur rayonnante et à la chaleur de contact et contre les risques mécaniques.

Les gants pour soudeurs sont classés en deux groupes, en fonction de leurs performances :
Type A - gants de dextérité inférieure présentant d'excellentes performances physiques en matière d'abrasion, de résistance à la chaleur de convection, de perforation et de déchirure, recommandés pour tous les procédés de soudure à l'exception de la soudure TIG. Ces gants offrent une meilleure protection contre la chaleur.
Type B - gants de dextérité supérieure présentant de moins bonnes performances physiques, recommandés pour la soudure TIG. Ces gants fournissent une protection moindre contre la chaleur, mais sont plus flexibles et souples.

Exigences Standard Performances minimales requises
Type A Type B
Résistance à l'abrasion EN 388 Niveau 2 500 cycles Niveau 1 100 cycles
Résistance aux coupures de lame EN 388 Niveau 1 Indice 1,2 Niveau 1 Indice 1,2
Résistance aux déchirures EN 388 Niveau 2 25 N Niveau 1 10 N
Résistance aux perforations EN 388 Niveau 2 60 N Niveau 1 20 N
Caractéristiques de combustion EN 407 Niveau 3 Niveau 2
Résistance thermique au contact EN 407 Niveau 1 100° C Niveau 1 100° C
Résistance à la chaleur de convection EN 407 Niveau 2 Indice de transfert de chaleur ≥ 7 ---
Résistance à de petites projections de métal en fusion EN 407 Niveau 3 25 gouttelettes Niveau 2 15 gouttelettes
Dextérité EN 420 Niveau 1 ≤ 11 mm Niveau 4 ≤ 6,5 mm


Types de gants de sécurité par risque


Lorsque vous choisissez des gants de protection pour vos employés, le premier aspect à prendre en compte est l'application à laquelle ils seront destinés. Plusieurs types de gants sont disponibles sur le marché, mais comme vous pouvez le constater grâce aux différentes normes, chaque application nécessite un type de gant et un niveau de protection spécifiques. Ainsi, la nature de la tâche à réaliser et les risques potentiels doivent dicter le choix du type de gant.

En fonction des dangers contre lesquels ils protègent l'utilisateur, les gants de sécurité peuvent être classés de la manière suivante :

Nous venons d'aborder les normes qui s'appliquent à ces types de gants. Dans ce chapitre, nous parlerons de leur fabrication, des matériaux fréquemment utilisés, des revêtements et des particularités de conception.

Il existe différentes conceptions et différents styles de fabrication pour les gants de sécurité. Les modèles les plus fréquents sont les gants en polymère sans doublure, les gants en tissu, les gants enduits et les gants cousus. Les gants sans doublure sont parfaits pour protéger l'utilisateur contre les risques chimiques et biologiques, mais ils ne sont pas adaptés aux risques mécaniques car ils ne résistent que peu, voire pas du tout, aux coupures et aux autres accidents de ce type.

Ces gants sont très souples et offrent une grande dextérité ainsi qu'une grande sensibilité tactile ; ils sont généralement fabriqués à partir de matériaux caoutchouteux. Si davantage de polymères sont combinés dans le matériau, il est alors possible d'augmenter les performances de ces gants face aux risques mécaniques et chimiques. De la même manière, si des plastifiants, des stabilisants ou des matières solides sont ajoutés, la résistance de ces gants et la protection fournie peuvent être améliorées.

Les gants en tissu ne résistent que peu, voire pas du tout, aux perforations, aux risques chimiques et aux risques biologiques, mais ils sont très souples et aérés ; en fonction de la fibre, ils peuvent également protéger contre les bords tranchants. La conception de ces gants sans couture réduit les frottements, ce qui les rend moins irritants pour la peau. Ainsi, ces gants sont souvent utilisés en tant que doublure dans les gants de protection multicouches.

Par exemple, si une couche de tissu est utilisée sous une couche de polymère, le gant est moins irritant, réchauffe davantage, protège mieux contre les risques chimiques et biologiques, et offre également un certain niveau de protection contre les coupures. Contrairement aux matériaux polymères, le tissu est moins susceptible de provoquer des réactions allergiques.

Les doublures en tissu peuvent non seulement être utilisées de concert avec des polymères, mais également avec des gants enduits. Le revêtement d'un gant est créé au cours du processus d'immersion, en trempant une couche de tissu dans une suspension de polymère. Le polymère pénètre dans le matériau textile, ce qui modifie sa résistance aux risques chimiques et biologiques et, en fonction du nombre et des types de couches de polymère ajoutées, cela peut en faire des gants résistants aux coupures et aux perforations.

Lors de l'ajout de revêtements aux gants en tissu, il est possible de préserver leur souplesse tandis que d'autres propriétés telles que la résistance aux coupures peuvent être améliorées. En fonction de l'application à laquelle les gants de sécurité sont destinés, il est également possible de ne les revêtir que partiellement ; dans ce cas, ils seront plus aérés. En général, aucune modification n'est apportée au dos de la main et seuls la paume et les doigts sont revêtus.

Si une conception de gant plus complexe est requise, la couture est la meilleure option. Les gants cousus permettent d'associer des matériaux normalement incompatibles et d'élaborer des conceptions plus polyvalentes. Les gants cousus peuvent être revêtus avec des polymères afin d'augmenter leur résistance aux liquides, aux produits chimiques et aux risques biologiques. Néanmoins, la présence de coutures est un inconvénient majeur ; elle peut non seulement provoquer des irritations dues au frottement mais également réduire la souplesse des gants.

Les matériaux utilisés lors de la fabrication de gants de protection peuvent varier, mais il s'agit généralement de fibres et de textiles ou de polymères. Ces matériaux sont normalement synthétiques mais, dans certains cas, des matériaux naturels tels que le cuir peuvent également être utilisés. Le choix d'un gant doit se baser sur les risques existants mais également sur les matériaux utilisés lors de sa fabrication, car ces matériaux sont à l'origine de la résistance réelle et du niveau de protection du gant.


GANTS RÉSISTANTS AUX PRODUITS CHIMIQUES

Comme l'indique la norme EN 374, les gants résistants aux produits chimiques doivent résister à trois principaux types de dommages : l'imprégnation, la pénétration et la dégradation. La qualité, l'épaisseur et la perméabilité des matériaux utilisés pour fabriquer ces gants détermineront leur niveau de protection contre des produits chimiques spécifiques. Cependant, dans la mesure où chaque matériau résiste ou réagit différemment aux différents produits chimiques, il n'existe pas de gant universel capable de protéger l'utilisateur contre tous les produits chimiques.

Dans le chapitre précédent, nous avons abordé les produits chimiques les plus fréquemment utilisés dans les applications industrielles. Examinons maintenant quelques matériaux utilisés pour fabriquer les gants de sécurité et le niveau de protection qu'ils offrent. Les caoutchoucs naturels tels que le latex offrent une bonne protection contre les solvants, les cétones et les acides, mais ils ne protègent pas efficacement contre les huiles, les graisses, les solvants organiques ou les hydrocarbures. En outre, le latex est susceptible de provoquer des réactions allergiques.

Le nitrile est un caoutchouc synthétique présentant une bonne résistance à l'abrasion, souvent utilisé pour fabriquer des gants à usage général. Il est idéal pour protéger l'utilisateur contre la plupart des substances chimiques à l'exception des cétones. Ainsi, si vos employés manipulent ces substances, il est préférable d'opter pour un matériau différent comme le butyle. Ce matériau est particulièrement efficace contre les cétones et les esters car il présente une très bonne perméabilité au gaz et à la vapeur d'eau. Cependant, le butyle ne permet pas de protéger efficacement l'utilisateur contre les autres produits chimiques susmentionnés. Le nitrile est une bonne alternative pour les personnes allergiques au latex.

Le PVC, un autre matériau fréquemment utilisé pour fabriquer les gants de sécurité résistants aux produits chimiques, est un polymère thermoplastique synthétique présentant une bonne résistance à l'abrasion et très efficace contre les acides, les huiles et les graisses. Cependant, il est très peu efficace pour protéger l'utilisateur des solvants organiques. Le PVA protège des cétones, des huiles et des graisses et présente une très bonne perméabilité au gaz. Cependant, il n'est pas idéal contre les substances aqueuses car il est hydrosoluble.

Le néoprène est l'un des matériaux les plus polyvalents pour fabriquer des gants de sécurité résistants aux produits chimiques, car il protège l'utilisateur contre la plupart des substances à l'exception des solvants. Il peut être utilisé pour créer une barrière chimique contre les acides, les bases, les alcools, les carburants, les phénols, les peroxydes et les hydrocarbures, et il est efficace contre la plupart des produits chimiques dangereux. Le néoprène présente une bonne résistance à la traction et à la chaleur, mais une résistance modérée à l'abrasion.

Remarque : Veuillez noter que la combinaison de plusieurs substances peut modifier leurs propriétés chimiques et leurs effets sur les matériaux mentionnés. Par conséquent, si vous choisissez des gants de sécurité pour manipuler des mélanges, vous devez être attentif aux nouveaux taux de perméabilité. En général, pour les mélanges, les gants doivent être choisis en fonction du composant chimique présentant le temps de passage le plus court.

Chemical resistant safety gloves Assurez la protection des mains de vos employés !
Découvrez notre assortiment complet de gants résistants aux produits chimiques de marques de qualité comme Ansell, Polyco ou John Ward et conformes à la norme EN 374.

Voir la gamme

GANTS HYGIÉNIQUES

Les gants jetables offrent non seulement une protection pour la peau, mais ils permettent également d'éviter la contamination dans les secteurs tels que l'industrie alimentaire, l'industrie pharmaceutique, l'industrie chimique, etc. Ces gants sont généralement fabriqués en matériaux minces qui offrent une grande dextérité, une grande sensibilité ainsi qu'une grande liberté de mouvement ; ils sont adaptés aux tâches de précision. Cependant, ils sont peu résistants aux contraintes chimiques par rapport aux gants résistants aux produits chimiques.

Les gants jetables sont également appelés gants hygiéniques, ce qui correspond tout à fait à leur rôle : garder les mains de l'utilisateur propres et créer une barrière entre la peau et les substances ou les produits manipulés. Selon leur matériau de fabrication, les gants jetables peuvent offrir un certain degré de protection contre les produits chimiques, mais ils ne doivent jamais être utilisés comme seule protection contre les substances chimiques dangereuses.

Les matériaux les plus fréquemment utilisés pour fabriquer les gants jetables sont le latex, le nitrile, le néoprène et le vinyle.

Le latex est un caoutchouc naturel qui offre un grand confort ainsi que d'excellentes performances ; il est adapté à la manipulation de produits chimiques inorganiques. Ce matériau très fin est élastique et souple ; il offre une grande dextérité ainsi qu'un grand confort et évite la fatigue.

Les gants en latex sont parfaits pour les tâches de précision et présentent une bonne résistance à la plupart des produits chimiques utilisés dans les laboratoires ainsi qu'aux solvants. Cependant, ils ne sont pas si efficaces avec les produits dérivés du pétrole, les solvants aromatiques, les huiles, les graisses, le lait et les produits laitiers, les minéraux et les végétaux.

Le latex protège efficacement l'utilisateur des infections, mais il peut déclencher des réactions allergiques ; ainsi, il ne représentera pas le meilleur choix pour tout le monde. Pour les personnes allergiques au latex en caoutchouc naturel, il est possible d'utiliser des alternatives synthétiques.

Les gants en nitrile procurent des sensations semblables à celles du latex, mais ils ne provoquent pas d'allergies ni d'irritations. Ainsi, ils représentent une bonne solution pour les personnes allergiques au latex naturel. Le nitrile protège efficacement l'utilisateur contre les produits chimiques et les solvants, les huiles minérales et végétales, l'essence et le carburant diesel, la graisse et de nombreux acides.

Ce matériau est élastique et souple, résistant aux frottements et à l'usure, confortable et facile à enfiler. La surface interne des gants fabriqués en nitrile est souvent traitée afin de réduire le risque de dermatite de contact ; ces gants conviennent donc bien aux personnes qui transpirent beaucoup et supportent mal la poussière.

Les gants en nitrile sont adaptés à l'industrie chimique, à l'industrie alimentaire, au secteur de la santé et au travail en laboratoire. Ils sont plus résistants aux perforations que les gants en latex et plus élastiques que les gants en vinyle ; c'est pourquoi on les utilise souvent dans le milieu médical. Grâce à leur composition, ces gants sont réchauffés par la chaleur corporelle de l'utilisateur ; ainsi, ils s'adaptent à ses mains et lui offrent une grande sensibilité ainsi qu'une grande dextérité.

Les gants en vinyle sont moins élastiques que ceux en latex et en nitrile mais ils sont plus économiques. Ainsi, on les utilise davantage pour les tâches de courte durée pour lesquelles le confort n'est pas primordial. Ils ne sont pas très résistants aux perforations ni aux contraintes chimiques. Ils ne sont donc pas adaptés à la manipulation de substances dangereuses, mais ils peuvent être utilisés en toute sécurité pour manipuler des produits alimentaires et pour protéger la peau de la saleté ou des produits chimiques peu dangereux.

Les gants fabriqués à partir de ce matériau sont complètement exempts de latex ; ils ne peuvent donc pas déclencher de réactions allergiques et sont efficaces avec certains acides organiques, solvants et alcools. En outre, ils sont poreux, ce qui signifie qu'ils n'offrent pas une protection suffisante contre les produits et les huiles à base de pétrole. Les gants en vinyle ne doivent pas être utilisés dans l'industrie chimique ni pour le travail en laboratoire.

Le néoprène offre une bonne protection contre les acides, les huiles, les graisses et les produits chimiques volatils ; les gants en néoprène sont donc adaptés à la manipulation des alcools, des carburants et des hydrocarbures. Les gants en néoprène sont souvent utilisés dans l'industrie médicale et pour manipuler des substances très dangereuses. Étant exempts de latex, ils sont moins susceptibles de provoquer des irritations cutanées et des réactions allergiques, et ils restent souples sur une large plage de températures.

Très économiques et très simples, les gants en polyéthylène (PE) sont souvent utilisés dans l'industrie alimentaire, mais également dans les stations-service. Ils ne comportent pas de plastifiants ajoutés ni d'additifs, ils sont très rigides, transparents et très fins. Ainsi, ils ne protègent pas l'utilisateur contre les produits chimiques dangereux, mais sont adaptés aux tâches simples et de courte durée telles que la manipulation de la nourriture dans un supermarché.

Disposable safety gloves Assurez la protection des mains de vos employés !
Découvrez notre assortiment complet de gants à usage unique de marques de qualité comme Ansell, Bodyguards et Shield, et conformes à la norme EN 374.

Voir la gamme

THERMALLY INSULATING GLOVES

Les gants à isolation thermique comprennent les gants résistants à la chaleur et au froid, mais nous aborderons ces deux types de gants séparément. En effet, ils présentent des caractéristiques différentes et sont réglementés par des normes différentes.

Les gants résistants à la chaleur sont essentiels lorsque les employés sont exposés à la chaleur. Comme l'indique la norme EN 407, ces gants doivent passer plusieurs tests tels que le test de résistance à l'inflammabilité, le test de contact à la chaleur de convection, le test de résistance à la chaleur rayonnante ou encore le test de résistance aux petites ou aux importantes projections de métal en fusion.

Pour tester la résistance à l'inflammabilité, le gant est étiré et placé au-dessus d'une flamme pendant 15 secondes. Pour tester la protection contre la chaleur de contact, le matériau est exposé à des températures comprises entre 100 °C et 500 °C. Pour tester la résistance à la chaleur de convection, le matériau est exposé à la chaleur d'une flamme de gaz. Le quatrième test auquel sont soumis les gants résistants à la chaleur est le test de résistance à la chaleur rayonnante. Au cours de ce test, on mesure la durée pendant laquelle le gant peut retarder le transfert de chaleur provenant d'une source rayonnante.

Les gants résistants à la chaleur peuvent être fabriqués à partir de différents matériaux et peuvent présenter diverses conceptions, mais les modèles les plus courants sont en tricot éponge et en matériaux synthétiques. Les matériaux naturels tels que le tissu éponge sont particulièrement efficaces lorsque les températures sont inférieures à 230 °C, car ils retiennent l'air et créent une excellente couche d'isolation. Ils offrent également une bonne dextérité, mais ils ne sont pas adaptés aux températures extrêmes.

La laine offre un grand confort et une résistance basique à la chaleur ; elle est souvent utilisée en tant que doublure, mais elle n'est pas non plus idéale en cas de températures extrêmes. Lorsque les températures sont supérieures à 230 °C, les matériaux synthétiques tels que le Kevlar® ou le caoutchouc synthétique sont plus appropriés car ils offrent une meilleure protection, non seulement contre la chaleur mais également contre les liquides chauds et la vapeur.

Le cuir est également utilisé pour fabriquer des gants résistants à la chaleur, car il résiste à la chaleur, aux flammes et à l'abrasion. Les tissus aluminisés reflètent la chaleur rayonnante, ce qui protège l'utilisateur des projections de métal en fusion. La fibre de carbone ne brûle pas. Elle est donc idéale pour fabriquer des gants résistants à la chaleur pour soudeur. Le PVC peut protéger l'utilisateur lorsque les températures sont inférieures à 100 °C et représente une solution économique et durable.

En ce qui concerne les gants résistants au froid, ils doivent protéger les mains contre les gelures tout en offrant beaucoup de dextérité et de confort. Une paire de gants bien choisie gardera les mains de vos employés au chaud et au sec tout en leur permettant de travailler efficacement et en réduisant les risques d'accident. La norme EN 511 s'applique à ces gants ; elle mesure la résistance des gants contre la convection et la conduction ainsi que leurs propriétés de rétention de chaleur.

Chacun de ces facteurs est évalué et se voit attribuer un niveau compris entre 0 et 4 (convection et conduction), respectivement 0 et 1 (rétention de chaleur). La convection est le processus de perte de chaleur via le mouvement de l'air ou de l'eau sur la peau. La conduction est la perte de chaleur via le contact physique avec un autre objet, comme un glaçon ou de la glace. Enfin, la rétention de chaleur fait référence à la quantité de chaleur qu'un objet ou un matériau peut stocker pendant un certain temps.

Maintenant, que signifie cette norme en termes plus simples ? Elle indique notamment que des gants de sécurité résistants au froid de bonne qualité doivent éloigner l'humidité tout en capturant la chaleur, être étanches et résister au vent, bien s'adapter aux mains et assurer un bon niveau de confort. Une conception multicouche au sein de laquelle des matériaux aux propriétés différentes travaillent de concert pour fournir le niveau de protection souhaité contre le froid, l'eau, l'humidité et le vent permet de répondre à ces exigences.

En général, les gants à isolation thermique sont constitués d'une couche externe qui représente la première barrière de protection contre le froid, et d'une couche isolante qui entre en contact avec les mains et les maintient au chaud. Ces couches sont fabriquées à partir de matériaux soigneusement sélectionnés qui fonctionnent de concert, offrant une protection non seulement contre les basses températures mais également contre les risques mécaniques.

La couche externe est souvent fabriquée en cuir, en fibres acryliques ou en nylon ripstop et recouverte d'une finition hydrofuge, ce qui empêche l'eau de pénétrer et protège également les mains contre le vent. Au lieu d'une finition fine sur la couche externe, les gants résistants au froid peuvent également présenter une couche imperméable reliée à la couche externe afin de renforcer la protection et d'éloigner l'humidité et l'air froid.

La couche isolante est généralement fabriquée en laine, en polaire ou en matériaux acryliques qui retiennent la chaleur. Selon la conception, le dos de la main peut être équipé d'une couche isolante plus épaisse, tandis que la paume peut présenter une couche isolante plus fine et plus légère. Si les gants sont portés à des températures inférieures à -5 °C, cette conception multicouches devient presque nécessaire pour garder vos mains au sec, pour assurer leur sécurité et pour les protéger des gelures.

Voici quelques matériaux fréquemment utilisés pour fabriquer des gants résistants au froid :
Le polypropylène est utilisé pour les doublures ; il est efficace pour protéger les mains contre l'eau et l'humidité, mais ne leur apporte pas beaucoup de chaleur. Par conséquent, ce matériau doit être utilisé conjointement à des couches retenant la chaleur lorsque les mains sont exposées à des températures froides.
Le Thinsulate est plus épais et conçu pour garder les mains au chaud ; ce matériau est plus efficace pour protéger les mains contre le froid et peut retenir la chaleur même lorsqu'il est humide. Cependant, ses propriétés de séchage ne sont pas optimales ; une fois humide, il reste humide.
Le Thermolite®qui permet de fabriquer des doublures éloignant l'humidité pour les gants résistants au froid, est un matériau qui sèche plus vite que le Thinsulate et qui retient la chaleur à l'intérieur. Cependant, il n'est pas efficace lorsque les températures sont inférieures à 5 °C.
La laine peut être une excellente option pour rendre des gants résistants au froid plus chauds et pour éloigner l'humidité. Toutefois, ce matériau est assez volumineux ; il n'est donc pas idéal lorsqu'une tâche exige une grande précision et une grande dextérité.
Les matériaux à base de polymères comme le ComFortrel® sont parfaits pour les doublures car ils éloignent l'humidité et ne sont pas aussi volumineux que la laine. Ils représentent donc une bonne solution si vous recherchez une doublure fine à incorporer sous un gant de travail.
Le cuir n'est pas très efficace pour éloigner le froid, mais il est souvent utilisé comme renfort au niveau des paumes car il est doux et permet une bonne prise en main. Il est également plus aéré que d'autres matériaux et plus efficace pour éloigner l'humidité.
Le duvet d'oie est efficace pour retenir la chaleur mais il est volumineux et n'est pas aéré ; il n'est donc pas idéal pour les tâches nécessitant une grande dextérité.
Comme le duvet d'oie, le PrimaLoft est un matériau efficace pour retenir la chaleur, il est plus aéré et résiste mieux à l'eau, mais il n'offre pas une grande dextérité.
Le PVC est utilisé pour le revêtement des gants résistants au froid car il offre une excellente prise en main ainsi qu'une excellente résistance à l'abrasion. Cela permet de fabriquer des gants adaptés à des conditions humides et sèches.
Le polaire permet de garder les mains au chaud même lorsqu'il est humide, il est très aéré et absorbe l'humidité ; ainsi, il est souvent utilisé pour fabriquer la couche interne du gant. Cependant, il est assez volumineux. Il n'est donc pas idéal pour garantir la dextérité et la précision.

Remarque: Veuillez noter que le coton n'est pas du tout isolant pour les gants résistants au froid ; il absorbe l'humidité et une fois humide, il reste humide et froid.

Thermally insulating safety gloves Assurez la protection des mains de vos employés !
Découvrez notre assortiment complet de gants de protection thermique de marques de qualité comme Ansell, Honeywell et Format, conformes à la normes EN 407 et EN 511.

Voir la gamme

GANTS À ISOLATION ÉLECTRIQUE

Les gants à isolation électrique doivent être conformes à la norme EN 60903 qui définit six catégories de gants de sécurité, de 00 à 4. Les gants les mieux évalués (chiffres les plus élevés) sont homologués pour les hautes tensions. Pour choisir des gants de cette catégorie pour vos employés, vous devez connaître la tension maximale à laquelle ils pourraient être exposés lors de leurs tâches.

La conception et les matériaux de ces gants peuvent varier mais, dans la plupart des cas, les gants à isolation électrique comportent cinq doigts, ont une forme ergonomique et sont fabriqués en caoutchouc de qualité, ce qui leur confère une grande souplesse. Afin d'éviter les réactions allergiques et les irritations cutanées potentielles, les employés doivent porter une doublure sous leurs gants isolants en caoutchouc, car cet élément supplémentaire permet de réduire l'inconfort, d'absorber la transpiration et de garder leurs mains au chaud.

Sur le dessus des gants en caoutchouc, il est possible d'ajouter une couche de protection en cuir, qui peut augmenter la résistance mécanique des gants et les rendre plus efficaces contre les perforations, l'abrasion et les coupures. Simultanément, la couche en cuir protège le caoutchouc contre les effets de l'ozone, qui peuvent provoquer des fissures et endommager les gants, les rendant ainsi inefficaces.

Les exceptions à cette recommandation sont les gants de la catégorie 00 et de la catégorie 0, utilisés lorsque la tension ne dépasse pas 250 VCA ou 375 VCC. Dans ce cas, en vertu des conditions d'utilisation limitée, si la tâche exige une dextérité inhabituellement importante ou si les pièces et l'équipement manipulés sont de petites dimensions, les employés peuvent utiliser uniquement les gants isolants, sans couche en cuir ajoutée.

En cas de conditions d'utilisation limitée, il en va de même pour les autres gants (catégories 1 à 4) si la tâche exige une dextérité inhabituellement importante et si l'employé peut prouver que le risque encouru est faible. Dans ce cas, il convient cependant d'utiliser des gants appartenant à la catégorie supérieure à celle recommandée pour la tension actuelle.

Étant donné que les gants à isolation électrique peuvent être facilement endommagés par l'ozone et les contraintes mécaniques, il est important de les tester avant chaque utilisation, même s'ils sont entièrement neufs. Vous devez non seulement vérifier que les gants et les manchettes ou manchons ne comportent pas de coupures, d'accrocs, de déchirures, de trous et de dommages UV, mais également qu'ils ne présentent pas de signes de détérioration ou de contamination chimique tels que des gonflements du matériau.

En fonction de leur réaction lorsqu'ils sont exposés à l'ozone, les gants isolants sont classés en deux types : le type I et le type II. Les gants de type I ne sont pas résistants à l'ozone, tandis que les gants de type II sont résistants à l'ozone. En général, les gants en latex naturel sont moins résistants à l'ozone que ceux en nitrile, en néoprène, en EPDM ou en vinyle. Les gants de type I sont souvent fabriqués en caoutchouc naturel, tandis que les gants de type II sont fabriqués en matériaux synthétiques.

Gardez à l'esprit que le latex naturel et les matériaux synthétiques tels que le nitrile et le néoprène réagiront tous au contact de l'ozone. Ainsi, même si vous optez pour des gants en nitrile plutôt que pour des gants en latex, vous devrez toujours les inspecter avant utilisation et les conserver correctement. Concernant le stockage, les gants à isolation électrique doivent être conservés à l'abri de la lumière, de la chaleur, de l'humidité, de l'ozone et des substances chimiques qui pourraient endommager leurs matériaux.

Les gants à isolation électrique sont utilisés dans de nombreuses industries et applications, de la télécommunication, de la construction et des hôpitaux aux transports, de l'automobile et des usines de traitement des eaux à la fabrication et à l'utilisation de machines, de la manipulation du courant alternatif haute tension aux applications dans les écoles et immeubles de bureaux, etc.

Electrically insulating safety gloves Assurez la protection des mains de vos employés !
Découvrez notre assortiment complet de gants pour installateurs de marques de qualité comme Knipex et Polyco, conformes à la norme EN 60903.

Voir la gamme

GANTS ANTI-COUPURES

Afin de choisir les gants anti-coupures appropriés pour vos employés, vous devez commencer par réfléchir aux risques potentiels auxquels ils sont exposés. Bien que les coupures soient considérées comme un seul type de risque et que les gants anti-coupures partagent des caractéristiques similaires, plusieurs types de coupures peuvent survenir sur le lieu de travail, et chacun d'entre eux nécessite un niveau de protection différent, et donc des gants différents.

En outre, les employés qui doivent se protéger contre les coupures peuvent rechercher des gants offrant une grande mobilité, une grande dextérité ou une protection efficace contre les températures basses ou élevées. Il y a donc plusieurs critères à prendre en compte lorsque vous choisissez des gants anti-coupures. Pour cette raison, nous vous recommandons de contacter nos spécialistes pour procéder à une évaluation de tous les dangers et tous les risques auxquels les mains de vos employés sont exposées avant d'acheter des gants s'il s'agit de la première fois que vous utilisez ces EPI au sein de votre entreprise.

Désormais, nous allons aborder les types de coupures qui peuvent survenir sur le lieu de travail. Dans plusieurs industries, les employés sont exposés à un risque de coupures par des objets tranchants tels que les couteaux, les lames, les plaques métalliques ou le verre. Cela peut entraîner des inconvénients et des risques de coupures faibles, modérés, élevés ou extrêmes, et chacune de ces blessures peut survenir d'une manière différente.

Par exemple, si la coupure apparaît après avoir frotté la main contre un bord tranchant, c'est ce que l'on appelle une coupure abrasive. Si la coupure survient lors de la manipulation d'un objet tranchant tel qu'un couteau ou un cutter, c'est ce que l'on appelle une coupure tranchante, et si la blessure est provoquée par la chute d'un objet ou d'une autre force similaire, c'est ce que l'on appelle une coupure par impact.

Il n'existe pas de gant de sécurité unique capable d'offrir une protection totale contre tous ces types de risques. Au contraire, il existe différentes conceptions et différents styles de fabrication, ainsi que des combinaisons de matériaux et de revêtements qui peuvent offrir une protection suffisante contre les coupures.

En général, plus le matériau de fabrication d'un gant est lourd, plus la protection qu'il offre est efficace, mais il existe également des matériaux légers capables de protéger les mains des utilisateurs. Le niveau de résistance d'un matériau à la coupure est déterminé par un ensemble de facteurs tels que la force, la dureté, la capacité de lubrification et la capacité de roulement. Ainsi, un matériau présentant de telles caractéristiques sera plus résistant à la coupure qu'un matériau mou.

Les meilleurs matériaux utilisés pour fabriquer les gants anti-coupures incluent fibres Dyneema®, Spectra®, Kevlar® et SuperFabric®, mais également les fils d'acier et les fibres de verre qui sont incorporés dans le gant pour une résistance accrue.

Ces fibres peuvent être utilisées pour fabriquer des gants de conceptions différentes, mais les gants anti-coupures les plus fréquents sont composés de trois couches : une doublure, un revêtement et une couche d'adhérence.

La doublure est la couche qui entre en contact avec la peau et procure un soutien structurel aux gants. Elle est fabriquée en fibres avancées et forme la charpente du gant. En cas de contours nets et de faible traction, une doublure présentant une jauge d'épaisseur faible à moyenne comporte plus de tissu pour absorber et résister à l'abrasion. En cas de forte traction, une doublure présentant une jauge d'épaisseur faible est plus recommandée.

Pour les risques de coupures élevés, une doublure présentant une jauge d'épaisseur moyenne absorbe le bord et permet au fil de rouler. Les gants dont la doublure présente une jauge d'épaisseur plus importante offrent une meilleure protection contre les bords tranchants ; ils sont donc plus adaptés aux risques de coupures modérés et élevés.

Le revêtement offre une protection contre l'abrasion, les coupures, les perforations, les accrocs, les déchirures et la contamination, et il améliore l'adhérence du gant. Un revêtement plus épais peut améliorer la résistance à l'abrasion et aux déchirures, et donc renforcer la protection en cas de contact avec des bords rugueux.

Enfin, la couche d'adhérence améliore la sécurité de ces gants en évitant les glissements et en réduisant le risque de contact avec des objets tranchants. Il en existe de nombreux styles différents, comme les couches d'adhérence lisses, gondolées, avec motif, avec micro-mousse ou micro-finition, rugueuses, etc.

La résistance de ces gants est testée de différentes manières et évaluée comme le décrit la norme EN 388. Par exemple, le niveau A de la norme EN 388 correspond aux gants capables de résister à 2 N ou 203 grammes. Les gants présentant ce niveau de protection sont adaptés à la manipulation de matériaux légers et à l'assemblage de petites pièces ne comportant pas de bords tranchants.

Le niveau B correspond aux gants capables de résister à 5 N ou 509 grammes. Il est adapté aux tâches en entrepôt, au conditionnement et à un usage général. Le niveau C est attribué aux gants capables de résister à 10 N ou 1 019 grammes. Il est adapté à la manipulation de petites quantités de métal, à l'emboutissage de métal, au courant alternatif haute tension, à la manipulation de petites quantités de verre, à la manipulation du plastique et d'autres matériaux.

Le niveau D correspond aux gants capables de résister à 15 N ou 1 529 grammes. Il est adapté à la manipulation de bouteilles et de petites quantités de verre, à la manipulation de petites quantités de métal, à la fabrication de machines, à la mise en conserve, à l'industrie électrique, à la construction à sec, au courant alternatif haute tension et à l'installation de moquette. Le niveau E est attribué aux gants capables de résister à 22 N ou 2 243 grammes. Il est adapté à l'emboutissage de métal, à la manipulation de tôles métalliques, à la manipulation du verre et à l'assemblage automobile.

Enfin, le niveau F de la norme EN 388 correspond aux gants capables de résister à 30 N ou 3 059 grammes. Il est adapté à l'emboutissage de grandes quantités de métal, au recyclage des métaux, à la transformation alimentaire et à l'industrie papetière.

Cut-resistant safety gloves Assurez la protection des mains de vos employés !
Découvrez notre assortiment complet de gants résistant à la coupure de marques de qualité comme Thormas ou Ansell, et conformes à la norme EN 388.

Voir la gamme

GANTS INDUSTRIELS

Les gants industriels peuvent varier considérablement, non seulement en qui concerne leur conception mais également les matériaux utilisés. Ces éléments dépendent de l'application à laquelle les gants sont destinés et des risques auxquels les mains sont exposées. Les gants industriels peuvent être fabriqués à partir de matériaux tels que le latex, de matériaux synthétiques ou de fibres ; ils peuvent comporter une ou plusieurs couches, des renforcements et des revêtements.

Par exemple, nous avons appris précédemment que, dans l'industrie chimique, les gants de sécurité les plus courants sont fabriqués en latex, en nitrile, en néoprène ou en vinyle. Dans les industries où les mains sont exposées à des outils et à des bords tranchants, des gants anti-coupures sont nécessaires. Ils sont généralement fabriqués à partir de matériaux plus solides, comportent souvent plusieurs couches, avec ou sans treillis métallique. Dans l'industrie alimentaire, les gants jetables sont les plus courants car ils sont économiques, offrent une protection suffisante pour la peau et évitent la contamination des produits manipulés.

Dans le secteur du transport, les gants sont généralement fabriqués en cuir, un matériau qui permet une bonne prise en main et un bon contrôle du volant. Ils peuvent être équipés de renforcements ou de rembourrage au niveau de la paume pour davantage de confort. Les gants pour électriciens fournissent une isolation électrique, tandis que ceux pour soudeurs offrent une protection contre la chaleur et les projections de métal fondu.

Il existe également des gants adaptés aux applications industrielles générales, ou des gants industriels à usage général. Ils sont adaptés au travail en usine et en entrepôt, à la maçonnerie, au jardinage, à la construction, etc. Ils disposent souvent de couches d'isolation et de revêtements pour assurer une meilleure prise en main. Ces gants sont parfaits lorsque vous n'avez pas besoin d'être protégé contre des risques spécifiques tels que les températures basses ou élevées, les produits chimiques dangereux, le courant électrique ou les coupures.

Industrial safety gloves Assurez la protection des mains de vos employés !
Découvrez notre assortiment complet de gants industriels de marques de qualité comme Thormas ou Ansell, conformes à la norme EN 388 standard.

Voir la gamme

Chapitre 6

Processus de sélection des gants de sécurité


Lors de la sélection de gants de sécurité pour vos employés, les quatre principaux facteurs à prendre en compte sont les suivants :
Le type de risque auquel ils sont exposés
La tâche qu'ils effectuent
La taille de la main et l'état de santé de l'utilisateur des gants
Les conditions de travail ; la température, l'humidité et l'ergonomie

Le type de risque varie en fonction de l'industrie, mais les principaux types sont les suivants :
Les risques chimiques tels que les contacts avec l'essence ou l'huile, les solvants, les acides, les adhésifs ou avec d'autres produits chimiques toxiques et irritants ;
Les risques biologiques tels que les contacts avec les tissus ou les fluides organiques (animaux ou humains) ou avec d'autres agents pathogènes, virus et bactéries ;
Les risques thermiques tels que les risques liés aux ustensiles et outils chauds, à la vapeur, à l'eau chaude ou froide et à l'azote liquide ;
Les risques mécaniques tels que les risques liés aux objets lourds ou tranchants, aux outils électriques, aux câbles et aux cordages, au verre brisé et aux aiguilles, aux pistolets de scellement, etc.

Le type de contact est également important, car un contact accidentel ne présente pas les mêmes conséquences ni les mêmes risques qu'un contact intentionnel.
Un contact accidentel se produit lorsque le contact direct avec l'élément dangereux n'est pas volontaire, par exemple lorsqu'un employé manipule une substance chimique toxique et reçoit des éclaboussures sur ses mains. Dans ce cas, certains types de gants peuvent offrir une protection suffisante s'ils sont retirés assez rapidement et si la peau est nettoyée soigneusement.
Un contact intentionnel se produit lorsque le contact avec l'élément dangereux est prévu et inévitable. Par exemple, lorsqu'un employé effectue une tâche qui consiste à immerger ses mains dans une substance chimique, le contact avec cette substance ne peut pas être évité. Dans ce cas, les gants de sécurité doivent offrir un degré de protection plus élevé que dans le cas précédent.

En ce qui concerne la taille des gants, elle peut être déterminée en mesurant la circonférence de la main dominante à l'aide d'un mètre à ruban. Si la taille des gants est exprimée en lettres, les correspondances sont les suivantes :

Lettre correspondant à
la taille du gant
Numéro UE correspondant
à la taille du gant
Longueur de la main (cm) Main d'homme :
circonférence (cm)
Main de femme :
circonférence (cm)
XS 6 16 18 15
S 7 17 20 17
M 8 18 23 18
L 9 19 25 19
XL 10 20 28 20

Pour déterminer la longueur des gants, vous devez connaître la profondeur d'immersion dans la solution ou le niveau de protection requis. La longueur des gants se mesure de la base de la paume à l'extrémité du majeur.

Si vous avez besoin d'aide pour choisir les gants de sécurité appropriés pour vos employés, n'hésitez pas à contacter nos spécialistes de la sécurité au +41 (0)848 111 666 ou par e-mail.


Young boxers fresco, Akrotiri, Greece SAVIEZ-VOUS QUE…

Les gants semblent être apparus dans la Grèce antique ; Homère et Hérodote mentionnent tous deux ces accessoires dans leurs écrits. La fresque reproduite à gauche, originaire d'Akrotiri, en Grèce, représente l'une des premières utilisations documentées de gants.

Tout au long du Moyen Âge, des gants en cuir ou en métal (gantelets) étaient inclus dans l'armure de protection des soldats. Cependant, il ne s'est plus avéré nécessaire de porter de tels équipements de protection suite à l'avènement des armes à feu, qui a raréfié les combats au corps à corps.