ContentPage
X
Zamro en ERIKS slaan de handen in een!

zamro.popup.line1

zamro.popup.line2

zamro.popup.link


Équipement de protection de la tête

Équipement de protection de la tête



D'après les statistiques d'Eurostat, les blessures à la tête sont la cause de 198 789 accidents du travail non mortels et de 789 accidents du travail mortels. Ces chiffres seraient inférieurs si les employés des secteurs présentant de grands risques de blessures à la tête portaient un EPI.


Le port d'une protection de la tête correcte est indispensable dans certains environnements de travail mais parfois, les employés oublient de porter un casque ou une casquette anti-heurt. Des accidents impliquant de graves blessures à la tête peuvent survenir très rapidement et provoquer des effets à long terme sur la santé comme des anévrismes cérébraux et des hémorragies.


Découvrez toute notre gamme de casques de sécurité et d'accessoires des plus grandes marques comme CENTURION, SHIELD et THORMAS.


Voir la gamme


En 2015, la Commission européenne a mené une enquête des conditions de travail comportant plusieurs questions sur l'environnement de travail au sein de l'UE-28. Les participants à l'enquête devaient indiquer s'ils étaient tenus de porter un équipement de protection individuelle (EPI) dans le cadre de leur emploi et s'ils respectaient cette exigence. La plupart des employés des secteurs de l'agriculture et de l'industrie ont répondu qu'ils n'étaient pas tenus de porter un EPI.

Le pourcentage des employés qui sont tenus d'utiliser un EPI et respectent cette exigence est plutôt faible en Allemagne (26 %) et en Suisse (29 %). Par contre, ce pourcentage est relativement élevé en France (40 %), en Grande-Bretagne (43 %), aux Pays-Bas (36 %) et en Belgique (37 %). Le pourcentage moyen des employés qui sont tenus d'utiliser un EPI mais ne respectent pas cette exigence se situe entre 2 % et 4 %.

Number of accidents caused by falls
Source: Eurofound

Ces statistiques montrent à quel point les employés sont exposés aux accidents et aux blessures au travail et qu'il est primordial que les employeurs fournissent le bon équipement de protection individuelle à leurs employés afin de prévenir ou de réduire les blessures sur le lieu de travail.

Tous les employés travaillant dans des zones où il y a un danger de blessures à la tête provoquées par un impact, une chute d'objets, un choc électrique ou des brûlures doivent être protégés par des casques de sécurité. Des casques de protection doivent être portés pendant la plupart des travaux de construction, lors de la manipulation d'équipement de levage et de charges suspendues, pendant les activités de sylviculture ainsi que dans les puits, les puits de mine ou les tunnels. Dans toutes ces situations, l'EPI offre une protection contre les blessures du cuir chevelu et du crâne.





Règles de sécurité de base pour la protection de la tête


Les protections de la tête figurent parmi les équipements de protection individuelle (EPI) les plus fréquemment utilisés. Elles protègent la tête de l'utilisateur contre :

  • les impacts causés par la chute d'objets en déviant les coups et en offrant une résistance aux chocs ;
  • les heurts contre les objets fixes et dangereux sur le lieu de travail ;
  • les forces latérales - en fonction du type de casque de protection ;
  • Les flammes nues, les projections de métal en fusion, les chocs électriques et les températures élevées.

Quel que soit le type de protection de la tête utilisé, il convient de suivre les recommandations suivantes lors de son positionnement et de son réglage :

  • Le harnais traversant la partie supérieure du casque doit adhérer parfaitement à la tête.
  • Le tour de tête entourant la tête doit adhérer parfaitement au front et à l'arrière du cou.
  • Le casque de sécurité doit être fixé fermement sur la tête. Le mouvement du casque doit être limité par l'écart minimum entre la coque et le crâne, pour que le casque reste en équilibre et garde un centre de gravité bas.
  • Le casque doit être réglé de manière à ce qu'il reste fixé sur la tête sans tomber même sans le recours à une jugulaire.

Le type de matériau devant être utilisé dépend de l'EPI utilisé et du type de risque possible. Par exemple, une mousse souple absorbe les chocs plus faibles, tels que les impacts de projectiles ou de balles, et reprend sa forme d'origine pour une utilisation ultérieure. Par contre, une mousse plus dure, non élastique et ne reprenant pas sa forme d'origine est nécessaire pour les chocs plus importants.


Découvrez toute notre gamme de casques de sécurité et d'accessoires des plus grandes marques comme CENTURION, SHIELD et THORMAS.


Voir la gamme



Types d'équipement de protection de la tête


Les équipements de protection de la tête peuvent être divisés en deux types principaux : les casques de sécurité et les casquettes anti-heurt. Ces deux types d'équipement sont décrits individuellement ci-dessous.

Casques de sécurité

Les casques de sécurité ou casques de protection sont conçus pour absorber la force des impacts et peuvent être équipés d'un protège-oreilles et d'une visière. En cas d'impact, la coque et le rembourrage protecteur à l'intérieur du casque absorbent le choc. Après l'impact, le casque est partiellement endommagé ou détruit. Comme tous les EPI, les casques de sécurité doivent être conformes aux normes européennes ou aux normes nationales équivalentes et doivent comporter un marquage adéquat à l'intérieur de leur coque.

Afin de choisir l'équipement de protection adéquat, il convient de connaître les types et classes industrielles selon lesquels les casques de protection sont regroupés. Il existe deux principaux types de casques de sécurité :

  • Type 1 : comprend les casques avec rebord complet visant à réduire la force des coups au sommet de la tête.
  • Type 2 : comprend les casques sans rebord avec un bec à l'avant du sommet. Ils visent à réduire la force des chocs latéraux résultant de coups sur les côtés et au sommet de la tête.

Les casques de protection sont également regroupés en trois classes :

  • Classe G (anciennement classe A) : comprend les casques à usage général qui offrent une protection électrique limitée (tension phase à neutre jusqu'à 2 200 V).
  • Classe E (anciennement classe B) : comprend les casques destinés aux travaux électriques et services publics offrant une protection contre les conducteurs électriques haute tension exposés jusqu'à 20 000 V (phase à neutre).
  • Classe C comprend les casques qui n'offrent aucune protection électrique et sont souvent conducteurs d'électricité. Ceux-ci sont destinés à des opérations spécialisées.

Un grand nombre d'accessoires peuvent être montés sur les casques afin de les adapter à différentes conditions de travail. Par exemple, une sangle de retenue à positionner sous le menton ou sur la nuque ou une fixation et un clip pour câble pour la fixation d'une lampe.

Des protections pour le visage ou pour les yeux, des visières plus longues de protection contre le soleil dans les climats chauds, des protège-nuques pour se protéger des conditions météorologiques ou des projections de métal en fusion ou encore des doublures supplémentaires contre le froid sont également des exemples d'accessoires pouvant être ajoutés à un casque.

Il convient de veiller à ce que les accessoires et leurs systèmes de fixation n'altèrent pas les caractéristiques de sécurité du casque et n'affectent pas son équilibre ou son confort.

Nos recommandations de produits

CENTURION Casque de sécurité Nexus Heightmaster ventilé à crémaillère THORMAS Casque TSSH-CR1 colt transparent blanc PETZL Casque Vertex Best jaune
Numéro d'article Maagtechnic : 15823537 Numéro d'article Maagtechnic : 16198311 Numéro d'article Maagtechnic : 15803010
Acheter maintenant Acheter maintenant Acheter maintenant


Casquettes anti-heurt


Les casquettes anti-heurt sont conçues pour les chocs plus faibles et n'offrent pas le même degré de protection que les casques. Par conséquent, elles ne peuvent pas se substituer aux casques de sécurité. Elles se présentent sous la forme de protections en plastique conçues pour être portées en dessous d'une casquette de travail et sont par conséquent plus confortables à porter. Pour cette raison, certains employés travaillant dans des zones où le port d'une protection de la tête est nécessaire préfèrent utiliser des casquettes anti-heurt plutôt que des casques.

Les casquettes anti-heurt présentent les avantages suivants :

  • Elles causent moins de pression que le harnais et le tour de tête des casques
  • Les casquettes anti-heurt sont plus légères que les casques de sécurité et sollicitent ainsi moins les muscles du cou
  • Les casquettes anti-heurt offrent une meilleure ventilation et présentent ainsi un avantage pour le travail physique intensif ou le travail à des températures élevées

Avec un insert en plastique, l'énergie cinétique est moins absorbée et dissipée. Seuls les casques de sécurité offrent une protection suffisante en cas de chocs plus importants ou pour le travail à des températures élevées. Il convient de garder à l'esprit que ces deux types d'EPI sont destinés à protéger la tête mais n'offrent aucune protection pour le cou ou la colonne vertébrale. Par conséquent, lors de l'exécution de travaux en hauteur par exemple, les employés ne doivent pas compter uniquement sur les casques de sécurité mais doivent porter un EPI adéquat pour les travaux en hauteur.

Nos recommandations de produits

VOSS Casquette Voss-Cap modern noir CENTURION Airpro casquette de sécurité jaune haute visibilité CENTURION Coolcap casquette de sécurité bleu
Numéro d'article Maagtechnic : 15065069 Numéro d'article Maagtechnic : 15746791 Numéro d'article Maagtechnic : 15746753
Acheter maintenant Acheter maintenant Acheter maintenant


Fabrication et marquages des casques de sécurité


Quel que soit le fabricant, les casques de sécurité sont conçus de manière similaire, comme indiqué ci-dessous.
Fabrication et marquages d'un casque de sécurité

Dans cet exemple, les différentes parties du casque de protection sont :

  1. Coque : partie externe rigide du casque
  2. Harnais : partie interne du casque (fixé à l'intérieur de la coque)
  3. Fixation du harnais
  4. Tour de tête : entoure le front et le crâne, permet un positionnement stable du casque sur le crâne. Comporte des mécanismes de réglage
  5. Bandeau anti-sueur : souvent présent dans les casques de sécurité pour absorber la sueur
  6. Bec/visière
  7. Jugulaire : maintient le casque en position

La date de fabrication, la taille, la protection offerte ainsi que le type et la classe du casque doivent être indiqués à l'intérieur de la coque comme présenté ci-dessous. Conformément à la norme EN 397, au minimum, les informations suivantes doivent être inscrites à l'intérieur de la coque du casque :

  1. Mois et année de fabrication
  2. Marquage CE
  3. Taille
  4. Caractéristiques des matériaux
  5. Norme
  6. Fabricant
Marquage EN 397 à l'intérieur du casque

Les casques offrant des protections supplémentaires peuvent également comporter une étiquette sur leur coque avec les informations suivantes :

20 °C / -30 °C / -40 °C Température très basse
+150 °C Température très élevée
440 VCA Résistance électrique : fournit une protection contre les conducteurs électriques sous tension en cas de contact accidentel avec le casque jusqu'à la limite de tension spécifiée.
MM Métal en fusion : garantit qu'aucune projection de métal liquide ne peut pénétrer dans le casque, ce qui indique des propriétés de résistance à la chaleur élevées.
LD Déformation latérale : offre une protection contre les pressions latérales et indique une résistance latérale améliorée du casque.
1 000 V Applications jusqu'à 1 000 VAC.
Double triangle + classe 0 + numéro de lot ou de série Testé selon la norme EN 50365 pour une utilisation proche de 1 000 VAC (classe 0).
Image d'un gland Symbole de la sylviculture en Allemagne.


Les matériaux utilisés pour la fabrication des casques peuvent varier selon les fabricants mais certains matériaux standard sont utilisés pour les casques de sécurité.

ABS (acrylonitrile butadiène styrène) : copolymère fabriqué par polymérisation d’acrylonitrile et de styrène en présence de polybutadiène. L'ABS est robuste, résiste aux impacts et peut résister à des températures allant de -40 °C à 100 °C.

PEHD (polyéthylène haute densité) : le thermoplastique PEHD a une force intermoléculaire et une résistance à la traction supérieures à celles du polyéthylène à plus basse densité. Il est également plus rigide et plus opaque et peut résister à des températures plus élevées (120 °C pendant de courtes périodes, 110 °C en continu).

PC (polycarbonate) : groupe particulier de polymères thermoplastiques présentant une résistance thermique, une résistance aux chocs et des propriétés optiques. Bien que le polycarbonate résiste aux chocs, sa résistance aux rayures est faible. Le polycarbonate maintient ses propriétés sur une large plage de températures (de -40 °C à 115 °C).

PP (polypropylène) : polymère thermoplastique généralement robuste, souple et résistant à la fatigue. Le point de fusion est d'environ 160 °C.

Fibre de verre (fibre de verre et textiles enduits de résine phénolique) : matériau thermodurcissable composé de fibres de verre extrêmement fines. Elle est connue sous l'appellation de polymère renforcé de fibres (PRF) ou de plastique renforcé de fibres de verre (PRV). Elle n'a pas de véritable point de fusion mais elle ramollit à 2 000 °C.



Normes et réglementations


La directive-cadre pour la santé et la sécurité au travail (directive 89/391/CEE) a été adoptée en 1989 et constitue un jalon important dans l'amélioration de la sécurité et de la santé au travail. La directive-cadre garantit des exigences de base en matière de santé et de sécurité dans toute l'Union européenne, tandis que les États membres sont autorisés à maintenir ces exigences ou à introduire des mesures plus strictes.

Ci-dessous figurent les normes de base relatives aux protections de la tête :

  • EN 14052 : Casques de protection à haute performance pour l'industrie
  • EN 397 : Casques de sécurité
  • EN 812 : Casquettes anti-heurt
  • EN 50365 : Casques électriquement isolants pour utilisation sur installations à basse tension (1 500 VCC ou 1 000 VCA)
  • EN 12492 : Casques utilisés en alpinisme
  • EN 443 : Casques de pompiers

Les normes les plus pertinentes sont les normes EN 397, EN 812 et EN 14052 qui sont décrites plus en détail ici.


EN 397 – Casques de sécurité pour l'industrie

La norme EN 397 exige que les casques de sécurité soient conçus pour protéger la tête de l'utilisateur en cas de chute d'objets et contre les objets tranchants et pointus. Pour un casque de sécurité répondant aux exigences en matière d'absorption des chocs de la norme EN 397, la force transmise maximale ne peut pas dépasser 5 kN.

Pour tester la conformité à la norme EN 397, le casque est placé sur une tête factice de taille et de dimensions adéquates montée sur une cellule de charge sur une base rigide. Un percuteur (avec une surface hémisphérique de masse adaptée de 5 kg) est ensuite lâché d'une hauteur d'un mètre sur le casque.

Le test permettant de répondre aux exigences en matière de pénétration de la norme EN 397 est similaire : un percuteur est lâché d'une certaine hauteur sur le casque placé sur une tête factice. Mais dans ce cas, le percuteur se présente sous forme de cône pointu (masse de 3 kg lâchée d'une hauteur d'un mètre).

De plus, le but de ce test n'est pas de mesurer la force transmise mais de vérifier si le percuteur touche la tête factice se trouvant en dessous du casque. Ce test peut être réalisé en plaçant un matériau indicateur (plasticine ou métal souple) sur la tête factice ou en créant un contact électrique entre le percuteur et la tête factice. Si le percuteur touche la tête factice, un circuit s'établit et une alarme se déclenche.

Les casques ne peuvent offrir une protection complète que lorsqu'ils sont maintenus sur la tête à l'aide d'une jugulaire. Par conséquent, la fixation de la jugulaire doit également être testée pour vérifier sa conformité à la norme EN 397 : la jugulaire doit avoir une largeur minimale de 10 mm quand elle est détendue et doit être attachée à la coque ou au tour de tête.

La fixation de la jugulaire doit être suffisamment forte pour maintenir le casque sur la tête mais elle ne doit pas étrangler l'utilisateur. Une force est appliquée sur une mâchoire artificielle à raison de 20 N/min jusqu'à ce que la fixation cède et la mâchoire artificielle soit libérée. Selon la norme EN 397, la force provoquant cet effet doit être comprise entre 150 N minimum et 250 N maximum.

Les casques de sécurité pour l'industrie conformes à la norme DIN EN 397 doivent satisfaire aux exigences de sécurité suivantes :

Exigences obligatoires Exigences facultatives
  • Absorption des chocs verticaux
  • Résistance à la pénétration d'objets pointus et tranchants
  • Difficilement inflammable
  • Système de fixation : jugulaire. La jugulaire se libère à 150 N minimum et 250 N maximum
  • Efficacité du système de fixation : au cours du test d'absorption des chocs et de pénétration, le casque ne doit pas se détacher de la tête factice
  • Températures très basses (-20 °C ou -30 °C)
  • Températures très élevées (+150 °C)
  • Isolation électrique (440 V)
  • Métal en fusion (MM)
  • Déformation latérale

EN 14052 – Casques de protection à haute performance pour l'industrie

Les casques conformes à la norme EN 14052 doivent protéger la tête de l'utilisateur en cas de chute d'objets ou de chocs latéraux et éviter ainsi toute blessure au niveau du cerveau, du crâne et du cou qui pourraient en résulter.

Les tests qui sont réalisés pour évaluer l'absorption des chocs pour la norme EN 14052 sont similaires à ceux qui sont utilisés pour la norme EN 397. Cependant, la force des chocs est plus élevée et les chocs sont dirigés sur le sommet, l'avant, les côtés et l'arrière du casque. L'énergie des chocs sur le sommet est de 100 J (une masse de 5 kg lâchée d'une hauteur de 2,04 mètres).

L'énergie des chocs sur les autres parties du casque est de 50 J (une masse de 5 kg lâchée d'une hauteur d'environ 1,02 mètre), tandis que la tête factice est inclinée à des angles de 15°, 30°, 45° et 60°.

Pour le test de pénétration, le percuteur conique utilisé pour la norme EN 397 est remplacé par un percuteur à lame plate (également utilisé pour le test des casques de pompiers pour la norme EN 443). Le percuteur à lame pèse 1 kg et est lâché d'une hauteur de 2,5 mètres pour les chocs sur le sommet du casque et d'une hauteur de 2 mètres pour les chocs sur les autres parties du casque. Le percuteur ne peut pas toucher la tête factice.

Ce type de casque se fixe plus fermement sur la tête pour éviter qu'il ne tombe en cas de choc. Cette stabilité accrue est possible grâce au tour de tête, à la jugulaire et la coque fabriquée à partir de matériaux plus épais ou plus durs. Ces casques offrent un degré de sécurité et de protection plus élevé mais ils sont plus lourds que les casques de sécurité traditionnels, ce qui peut être gênant pour certains types de travaux.

Exigences obligatoires Exigences facultatives
  • Absorption des chocs latéraux et verticaux
  • Résistance à la pénétration latérale et verticale
  • Difficilement inflammable
  • Système de fixation : la jugulaire cède à 150 N minimum et 250 N maximum
  • Efficacité du système de fixation : au cours du test d'absorption des chocs et de pénétration, le casque ne doit pas se détacher de la tête factice
  • Températures très basses (-20 °C ou -30 °C)
  • Températures très élevées (+150 °C)
  • Isolation électrique (440 V)
  • Métal en fusion (MM)
  • Déformation latérale

EN 812 – Casquettes anti-heurt pour l'industrie

Les casquettes anti-heurt pour l'industrie visent à protéger la tête contre les blessures telles que des lacérations ou d'autres blessures superficielles pouvant survenir en cas de heurt contre des objets durs et statiques, comme des plafonds bas ou des obstacles pendants. Elles ne sont pas destinées à fournir une protection contre les effets de chutes ou les projections d'objets et de charges mobiles ou suspendues.

Pour le test pour la norme EN 812, l'énergie utilisée est inférieure à celle des tests pour la norme EN 397 : un percuteur de 5 kg est lâché sur le casque d'une hauteur de 250 mm, avec une force transmise maximum de 15 kN. Le test est effectué à l'avant et l'arrière de la casquette alors que la tête factice est inclinée à 30°et 60° afin de simuler les chocs susceptibles de se produire en réalité.

Un test de pénétration est également nécessaire pour les casquettes anti-heurt car celles-ci visent à offrir une protection contre les objets tranchants et pointus (comme les coins). Contrairement au test pour la norme EN 397, le cône est pointu. De plus, l'objectif du test est de déterminer si le percuteur touche la tête factice sous le casque. Aussi, pour l'absorption de chocs, l'énergie utilisée est inférieure.


EN 50365 : Casques électriquement isolants pour utilisation sur installations à basse tension (1 500 VCC ou 1 000 VCA)

Ces casques de sécurité sont utilisés dans des environnements à potentiel électrique haute tension (jusqu'à 1 000 VAC ou 1 500 VCC). Cette norme dépasse les exigences des tests de résistance électrique facultatifs pour EN 397 et EN 812.

La méthode de test est similaire à ces normes : la coque du casque est remplie d'eau et immergée dans un réservoir d'eau. Des électrodes sont placées dans l'eau à l'intérieur et l'extérieur de la coque et un potentiel de 5 000 V (test de mise à l'épreuve) ou 10 000 V (test de tenue) est appliqué. Lors du test de tenue, le courant passant ne peut pas dépasser 3,5 mA.

Exigences obligatoires :

  • Tous les casques doivent également satisfaire aux exigences de la norme EN 397.
  • Protection contre une tension alternative allant jusqu'à 1 000 VAC ou une tension continue allant jusqu'à 1 500 VCC
  • Les casques électriquement isolants ne doivent pas contenir de pièces conductrices.
  • Aucun contact accidentel avec des pièces sous tension ne peut être possible par les orifices d'aération (le cas échéant).




Entretien et remplacement de l'équipement de protection de la tête


Les casques de protection et les casquettes anti-heurt ont une durée de vie limitée. Cette considération est essentielle mais n'est pas souvent prise en compte. En général, la durée de vie des casques de protection et des casquettes anti-heurt est d'environ 2 ans lorsqu'ils sont utilisés. Cependant, en cas de choc, il est impératif de les remplacer, même s'ils ne présentent pas de dommage visible.

Les équipements de protection de la tête peuvent être conservés jusque 5 ans lorsqu'ils ne sont pas utilisés, à condition d'être stockés correctement. La date de fabrication doit être inscrite à l'intérieur du casque par le fabricant. Il convient de vérifier cette date avant toute utilisation du casque.

Un casque de sécurité a une durée de vie plus longue s'il est stocké dans son emballage d'origine et n'est pas exposé à la lumière directe du soleil et à la chaleur. En général, le fabricant indique la date d'expiration sur la protection de la tête. Il ne faut pas confondre cette date avec la date de fabrication qui doit figurer obligatoirement selon la norme EN 397.

Avant son utilisation, le casque doit être ajusté correctement sur la tête de l'utilisateur. Il convient de régler le tour de tête, la hauteur de portage et la longueur de la jugulaire, le cas échéant. Les utilisateurs ne peuvent en aucun cas modifier la structure du casque.

Aussi, il faut toujours inspecter le casque à la recherche de signes indiquant qu'il ne fournira pas le degré de protection requis. Si le casque se décolore ou s'il devient cireux ou friable, il faut le remplacer. Les casques de sécurité bosselés, griffés, lacérés ou ayant subi des chocs importants doivent aussi être remplacés.

Il est recommandé de nettoyer régulièrement les casques de sécurité. En général, un nettoyage à l'eau chaude et au savon suffit. L'utilisation de solvants, d'eau très chaude ou d'agents abrasifs est déconseillée. Il est très important de nettoyer et désinfecter les casques portés par des personnes souffrant de transpiration excessive ou les casques portés par plusieurs personnes.


Découvrez toute notre gamme de casques de sécurité et d'accessoires des plus grandes marques comme CENTURION, SHIELD et THORMAS.


Voir la gamme


Vous avez des questions sur nos produits ?
Pour des conseils personnalisés et pour mieux connaître nos produits, rendez-vous dans un établissement Maagtechnic proche de chez vous ou contactez nos spécialistes produits.

Trouver un centre de services | Appeler notre service clientèle | Nous envoyer un e-mail


EN SAVOIR PLUS SUR LA SÉCURITÉ AU TRAVAIL


Chaussures de sécurité

Quelles chaussures de sécurité pour quels environnements de travail ?

Les chaussures de sécurité font partie de l'équipement de protection individuelle (EPI) et comportent des dispositifs de protection élaborés. Apprenez à choisir des chaussures de sécurité adéquates pour vos employés.

En savoir plus

Sécurité lors du travail en hauteur

Sécurité lors du travail en hauteur

Le nombre d'accidents de travail dus à des chutes, à des trébuchements ou à des chutes de hauteur a atteint 587 739 en 2016 dans l'Union européenne, les hommes étant deux fois plus touchés que les femmes. Découvrez comment réduire le risque de chute lors du travail en hauteur grâce à l'utilisation d'un équipement de sécurité personnel et collectif adéquat.

En savoir plus